Attaque d'une position de l'armée Ivoirienne, voici le bilan

BeryNews

Alors que certaines communes d’Abidjan étaient dans le noir, des assaillants ont attaqué une position de l’armée ivoirienne. Cette attaque, perpétrée dans la nuit du 20 au 21 avril 2021, visait le bataillon projetable des FACI à Anonkoua-Kouté. Un bilan provisoire fait état de trois personnes tuées.

La Côte d’Ivoire a renoué avec la paix. C’est le moins que l’on puisse dire après les périodes sombres de la crise militaropolitique et la crise postélectorale. Lors de la dernière élection présidentielle, la désobéissance civile de l’opposition en contestation au troisième mandat d’Alassane Ouattara a donné sa dose de frayeur. Avec ses morts, ses blessés et autres dégâts matériels. Les Ivoiriens pensaient que ce sombre tableau était désormais révolu, qu’une autre attaque contre l’armée ivoirienne survient.


Il ressort des faits que dans la nuit de mardi 20 à mercredi 21 avril, des groupes d’individus venus à bord d’un véhicule type 4×4 de couleur noire et de taxis compteurs, aux environs de 01h30mn, ont lancé une attaque armée contre le camp militaire du deuxième bataillon projetable d’Anonkoua Kouté. Il s’agit de l’ancien site du camp de l’Onuci à Abobo-N’Dotré. Une fusillade a alors éclaté entre ces individus non identifiés et les militaires ivoiriens. Les indélicats visiteurs n’ont toutefois pas pu accéder au camp. Pris sous le feu des éléments de l’armée ivoirienne, qui ont opposé une farouche résistance.


LA CÔTE D’IVOIRE SOUS LE FEU DE DIVERSES ATTAQUES

À en croire le Commissariat de police du 32e Arrondissement, trois assaillants sont morts. Un autre blessé et fait prisonnier. Côté loyaliste, un seul blessé, qui suit des soins intensifs, avant de passer à table. Tel est le bilan de cette attaque, dont les tenants et aboutissants restent pour l’instant une véritable énigme. Les ratissages sont par ailleurs en cours pour mettre le grappin sur les éventuels auteurs, coauteurs ou complices de cette perfidie.


Cette attaque intervient alors que la Côte d’Ivoire est sous une persistante menace terroriste. Des groupes terroristes ont en effet lancé des attaques contre des positions avancées de l’armée ivoirienne dans le Nord ivoirien. La localité de Kafolo, près de la frontière du Burkina Faso, a reçu à deux reprises, la visite de terroristes.


Les Forces armes de Côte d’Ivoire, ont jusque-là, pu repousser les quidams. Mais la pression se devient de plus en plus accrue. La localité balnéaire de Grand-Bassam continue de porter les stigmates de l’attaque terroriste de mars 2016.

BeryNews operanews-external@opera.com