Yopougon : une rentrée scolaire timide, ce lundi. Parents et élèves ne se bousculaient pas

Jose_Teti

Photo Archives/La rentrée scolaire dans la commune de Yopougon s'est déroulée ce lundi de façon timide

Aujourd'hui lundi 13 septembre était la date de la rentrée scolaire 2021-2022 sur l'ensemble du territoire national. Dans la capitale économique ivoirienne en général et plus particulièrement dans la commune de Yopougon, des établissements scolaires privés et publics que nous avons pu visiter ont ouvert leurs portes ce matin au grand bonheur des élèves. Après trois mois de vacances, certains étaient heureux de retrouver leurs amis et leurs classes respectives, tandis que d'autres font leurs premiers pas à l'école.

En effet, le constat général fait sur le terrain montre bien que ce n'était pas la grande affluence ce lundi matin, jour de la rentrée, dans certains établissements. Parents d'élèves qui, habituellement prennent d'assaut les bureaux des éducateurs pour les inscriptions de leurs enfants se comptaient facilement dans les établissements. Les élèves, quant à eux ne se bousculaient pas dans les cours de l'école. Les raisons, selon A. Maxime, couturier de son état, sont diverses:

" C'est un problème de moyens financiers. Vous savez bien que beaucoup de parents traversent aujourd'hui des situations difficiles. Il n'y a pas d'argent. Quand tu travailles et que tu gagnes un salaire de misère, ce n'est pas facile. Il y a le quotidien que tu dois assurer. L'éducation, on le sait, est très importante pour l'enfant. Tu es donc obligé de jongler avec le peu que tu as pour assurer ses études. Je pense que dans les jours à venir, il y aura de l'engouement, mais comme c'est aujourd'hui la rentrée, certains ne se pressent pas. Il faut chercher l'argent pour venir inscrire ton enfant. C'est ce qui explique certainement cette timidité sur le terrain en ce jour de la rentrée " a confié notre interlocuteur. 

Yao. N, machiniste de profession relève un autre problème. Celui des enfants de parents planteurs : " Les élèves dont les parents sont des planteurs ne pourront pas rentrer maintenant parce que dans les villages, on n'achète pas les produits de nos parents dans les villages. C'est une situation qui pèse beaucoup sur ces familles. Des élèves sont encore en vacances auprès de leurs parents, ils ont besoin d'argent pour venir, mais s'il y en a pas, ils font comment" s'interroge-t-il.

Des difficultés réelles qui, on le constate, ne permettent pas d'avoir ce lundi, une rentrée scolaire animée. Enseignants, chefs d'établissements, élèves et parents espèrent bien que les jours à venir permettront de voir un grand nombre d'élèves se bousculer devant les établissements pour leur inscription physique à l'école.

J.T

Jose_Teti contact@operanewshub.com