Devant ses parents, Damana confie : “en exil, mon épouse a vendu attiéké et gnamankou ...”

Yannick_LAHOUA

Damana Adia Pickass, vice-président du Front Populaire Ivoirien, tendance Laurent Gbagbo a été reçu par ses parents, dans son village natal de Bohico, sis dans la localité de Fresco, ce samedi 4 septembre 2021. Cérémonie à laquelle ont assisté plusieurs cadres proches de l'ancien président ivoirien dont Asssoa Adou, Odette Sauyet Likikouet, Koné Katinan, Marie Odette Lorougnon, Dahi Douhouré Nestor, les Honorables Michel Gbagbo et Sehi Gaspard.

Au cours de cette cérémonie, Damana Pickass après avoir remercié ses parents pour leur soutien et leur prière, a rendu un vibrant hommage à son épouse. Relatant les difficultés auxquelles lui et sa famille étaient confrontés durant l'exil, Damana Pickass a fait des confidences sur son épouse qu'il dit avoir découvert une facette d'elle étant au Ghana. « C'est dans l'exil que j'ai découvert une autre épouse. Elle a tout fait pour qu'on tienne. Elle a vendu attiéké, elle a marché pour vendre attiéké. Elle a vendu gnamankou (jus de gingembre, Ndlr) pour qu'on soit digne et qu'on ne faiblisse pas » a-t-il confié sous les applaudissements du public.

Puis a-t-il poursuivi : « Mais ce qui m'a le plus séduit, c'est son militantisme. Elle n'est pas que la femme de Damana Pickass. Elle a aussi des convictions. (...) L'exil était devenue tellement dur, vous voyez souvent, comme elle 'e parle pas, tu ne sais pas à quoi elle pense. Est-ce-que le combat dans lequel vous êtes, est-ce-qu'elle est toujours dedans ? Tu ne sais pas (Rires). Donc je dis que je vais l'éprouver pour voir si on est toujours sur la même longueur d'onde. À 3 heures du matin, une nuit, je lui dit : “On va rentrer en Côte d'Ivoire parce que moi-même je suis fatigué. Je ne tiens plus, les choses sont devenues difficiles, les enfants grandissent.

Donc j'ai appelé les autorités d'Abidjan et depuis j'ai négocié, on rentrer. Ils sont d'accord pour qu'on retourne. Je pense que si on retourne, ça sera une bonne chose, surtout pour les enfants”. Elle était un peu endormie. Quand j'ai fini de dire ça, elle s'est redressée et voilà ce qu'elle a dit exactement : “Dans tout ce que tu as dit là, tu n'a pas parlé de Gbagbo Laurent. Tu as parlé de nous seulement. Tu n'a pas parlé de la Côte d'Ivoire. En tout cas, si tu veux partir, tu vas seul. Mais mieux, l'alliance que tu as au doigt, tu enlèves ça et tu laissé ici et puis tu t'en vas”. À partir de ce moment j'ai compris que mon épouse était prête », a conclu Damana Pickass.


Yannick_LAHOUA

Yannick_LAHOUA contact@operanewshub.com