Procès du 19 mai : Voici "le piège tendu à Soro et ses partisans", selon un journal proche de GPS

Ivoir'Soir.net

Dans sa parution de ce lundi 17 mai 2021, le journal Générations Nouvelles, proche de GPS, détaille, selon lui, le piège tendu à Guillaume Soro et à ses partisans, à leur procès qui s'ouvre demain.

L'ex-président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro et une vingtaine de ses proches seront jugés ce mercredi 19 mai 2021 pour atteinte à l’autorité de l’État. Parmi eux, l'ex-député Alain Michel Lobognon, incarcéré depuis décembre 2019, qui annonce prendre ses distances avec son ancienne formation politique Mouvement pour la promotion des valeurs nouvelles en Côte d'Ivoire (MVCI).

D'après le journal Générations Nouvelles, le procès qui s'ouvre ce mercredi 19 mai 2021 contre l'ex-président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro et ses partisans, est un procès piège. Cet même avis est partagé par l'ex-député d'Abobo, Koné Tehfour qui prend cette décision du tribunal correctionnel avec beaucoup de réserve.

Et à l'ancien député de déclarer en termes. « la condamnation pour trouble à l’ordre public, malgré la difficulté de démonstration a été retenue pour être utilisée au procès en criminel du mercredi 19 mai 2021 ».

Ainsi donc pour l'ex député Koné Tehfour, c’est la diffusion de nouvelles fausses qui en trainerait le trouble à l’ordre public. Donc la tenue de la conférence du 23 décembre 2019. S’il est établi qu’il n’y a pas eu de diffusion de nouvelles fausses, la conséquence, à son avis, est que l’on ne devrait pas retenir la charge de trouble à l’ordre public. Le cadre de Générations et peuples solidaires (GPS) pense bien que l’infraction de trouble à l’ordre public a été retenue pour ensuite être utilisée pour justifier les condamnations de leurs camarades pour « préparation et tentative de coup d’Etat » à l’issue du procès en correctionnel.

Pour rappel des faits, l'ex-président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro et ses compagnons iront devant le tribunal correctionnel pour les faits de diffusion de fausses nouvelles et de troubles à l’ordre public, ces cadres de Générations et peuples solidaires (GPS) ont été déclarés non coupables par la cour pour le premier chef d’accusation. Il leur avait été reproché au moment de leur arrestation d’avoir diffusé la fausse information selon laquelle l’avion transportant l’ancien président de l’Assemblée nationale a été dérouté par les autorités ivoiriennes.

L'ancien président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro et 19 de ses proches comparaissent ce mercredi 19 mai 2021, devant le tribunal criminel pour des faits liés à son retour manqué le 23 décembre 2019. Le procureur de la République a retenu plusieurs charges contre eux dont celle de la déstabilisation.

Ivoir'Soir.net contact@operanewshub.com

Opera News Olist