Laurent Gbagbo : le père du boom de la téléphonie cellulaire en Côte d'Ivoire de retour

Pierre_Lemauvais

Avant l'accession de Laurent Gbagbo à la magistrature suprême du pays en octobre 2000, la Côte d'Ivoire comptait trois sociétés de téléphonie mobile que sont : Komstar ( Cora ), Ivoiris et Loteny Télécom. Ces trois entreprises qui ont fait leur apparition sur le marché ivoirien entre 1994 et 1996 avaient de réelles difficultés financières relativement aux conditionnalités que leur imposaient les dirigeants au pouvoir à l'époque.

Mais très rapidement grâce à sa politique d'emplois tirée de son projet de société, le président Laurent Gbagbo réussit à faire lever ces goulots d'étranglement pour permettre aux sociétés de téléphonie mobile de tisser leurs toiles en occupant sainement et de façon concurrentielle, le marché de la téléphonie cellulaire en Côte d'Ivoire. C'est ainsi qu'en 2002, la société Ivoiris est rachetée par le Groupe Orange Côte d'Ivoire quand Loteny Télécom ( Telecel ), tombe dans l'escarcelle du Groupe Sud-africain MTN.

En 2003, KOMSTAR( Cora) sort du marché ivoirien compte tenu des problèmes internes entre actionnaires américains. Deux ans plus tard, c'est à dire en 2005, Moov fait son apparition dans le paysage de la téléphonie mobile par le biais du Groupe Atlantique. Le marché du cellulaire en Côte d'Ivoire devient donc concurrentiel, chaque opérateur proposant des prix préférentiels à ses clients, sous le contrôle vigilant du gouvernement du président Laurent Gbagbo.

Mais plus intéressant, ce sont les milliers d'emplois que ces trois grosses boîtes offrent aujourd'hui aux jeunes ivoiriens diplômés qui sortent des Universités et des grandes écoles. On ne le dit pas assez. C'est grâce à la politique du président Laurent Gbagbo que les sociétés Orange-CI, MTN-CI et MOOV-CI font fortune, tout en offrant de l'emploi aux Ivoiriens. Il a fallu le président Laurent Gbagbo pour casser le monopole de la téléphonie cellulaire en Côte d'Ivoire pour que la concurrence qui en a résulté, profite largement aux Ivoiriens. Et les résultats sont là avec les nombreuses petites moyennes entreprises créés et qui prennent leur encrage à partir du vaste marché de la téléphonie mobile en Côte d'Ivoire.

P. L

Pierre_Lemauvais operanews-external@opera.com