Refus d'adhérer au PPA-CI : Simone Gbagbo clarifie enfin les choses et fait des révélations

News Hub Creator

Simone Ehivet Gbagbo a reçu plusieurs anciens cadres et militants du FPI-GOR à sa résidence, sis à la Riviera Golf dans la commune de Cocody, ce samedi 22 janvier 2022. Une occasion pour l’ex-première Dame de clarifier sa position quant à son refus d’adhérer au PPA-CI de Laurent Gbagbo.

Plusieurs anciens fédéraux, secrétaires nationaux, secrétaires de section, secrétaires de base du Front Populaire Ivoirien GOR ont été recus par le Dr Simone Ehivet Gbagbo ce samedi 22 janvier 2022, à sa résidence, sis à la Riviera Golf dans la commune de Cocody.

Ces anciens militants pro Gbagbo ont, à leur demande, souhaité échanger avec l'épouse du président Laurent Gbagbo et lui souhaiter leurs vœux pour la nouvelle année. Une occasion au cours de laquelle la Première Dame a tenu à clarifier sa position quant à la suite de son combat politique, consciente des bruits de couloirs qui circulent après sa non adhésion au Parti des Peuples Africains Côte d'Ivoire (PPA-CI) du président Laurent Gbagbo.

« Nous avons fait du chemin ensemble et lorsque la crise est survenue, nous avons pris des coups, beaucoup de coups mais nous avons résisté. Nous nous sommes battus comme nous avons pu. Et cela nous a permis, quelques fois dans le contexte d'une adversité farouche, d'obtenir quelques victoires dont la libération et le retour en Côte d'Ivoire du président Laurent Gbagbo qui est une victoire majeure. Mais aujourd'hui, la lutte doit continuer. Quand on se rend compte que le combat doit continuer, c'est là que se lèvent des interrogations », a-t-elle déclaré d'entrée Simone Gbagbo comme pour dire pourquoi elle a choisi de militer au sein de son mouvement, le Mouvement des Générations Capables qui à l'en croire est un « mouvement politique et citoyen ».

« Un nouveau parti a été créé, le PPA-CI. Et dans ce parti-là, beaucoup d'entre nous dont moi-même ne se sont pas inscrits. Des questions viennent à partir de ce moment : “nous autres, que devenons nous ? Quelles solutions proposons-nous ?”. En ce qui me concerne particulièrement, il me revient que des gens voudraient savoir si je vais créer un nouveau parti de mon côté ou si j'abandonne la politique pour retourner à Moossou, m'asseoir au village. Ou si je prends mon temps pour examiner si finalement je vais aller au PPA-CI ou pas. Les gens se posent ces questions et je suis sûre que ces questions vont sortir de vos poches, ventres, cœurs (Rires dans l'assemblée). Ceux qui me suivent régulièrement ont la réponse à cette question », a-t-elle ajouté avant de clarifier les choses.

« Mais pour plus de clarté, je voudrais faire quelques propositions et puis après on va discuter. (...) Étant donné que j'ai consacré une grande partie de ma vie à l'activité politique, je ne compte pas abandonner. Je sais que pour faire la politique, il faut un instrument de lutte. (...) Moi, je peux vous dire qu'actuellement, pour mener la lutte, pour continuer mon activité, les actions politiques, j'ai choisi de travailler à travers un mouvement que nous avons dénommé le Mouvement des générations capables (MGC) ».


PeoPolitique

News Hub Creator contact@operanewshub.com

Home -> Country