Effondrement d’immeubles à Abidjan : M.Gnizako Évariste, professionnel des BTP donne des solutions

Jose_Teti

Photo/Gnizako Évariste, professionnel des BTP

Il fait partie des professionnels du bâtiment qui réfléchissent sur le phénomène des effondrements d’immeubles à Abidjan. Gnizako Évariste revient ici, sur les causes de ces affaissements non sans apporter des solutions. 

Pour lui, les causes de ces effondrements sont de plusieurs ordres. « On peut citer plusieurs facteurs tels que le manque de suivi, l’absence d’études, il y a le fait aussi que tous ceux qui envisagent construire, ne vont pas vraiment vers les personnes qu’il faut. C’est-à-dire, les professionnels comme les architectes, les ingénieurs, les bureaux de contrôle, les bureaux d’études techniques, les bureaux d’études géotechniques », a indiqué le professionnel en BTP.

 A l’en croire, le plus gros problème vient de ce fait. Les propriétaires font du maçon, à lui tout seul, l’ingénieur, le technicien, l’architecte, en un mot, il regroupe tout. Les résultats déplorables auxquels on assiste sont dus selon lui, au fait que beaucoup de ceux qui veulent construire, brûlent toutes les étapes. 

Les matériaux peuvent constituer une source du problème, mais ils ne sont pas un facteur vraiment important en tant que tel. « Le vrai problème est un manque de suivi », dit-il. Pour lui, si le phénomène a diminué ces derniers temps, cela est dû au fait que les gens ont beaucoup peur maintenant. « Il fallait vraiment tous ces phénomènes pour que les gens puissent comprendre l’importance de toutes ces études », affirme-t-il. 

Comme solutions, il propose la sensibilisation. Il faut que toutes les personnes qui veulent construire aillent vers les structures compétentes. « Aujourd’hui, tout le monde veut faire du BTP. Parce qu’on se dit qu’on peut se faire du sou. Je conseille donc d’aller vers les structures compétentes, négocier pour être sûr de se faire accompagner. Le reste viendra après », pense-t-il.

 Sa vision et son souhait pour l'immobilier en Côte d'Ivoire est que chaque ivoirien ait son propre toit, construit dans les règles de l’art. aussi, demande-t-il à l’État de subventionner les intrants de la construction. « Il faut que l’État revoit les coûts des matériaux et se penche sur cette situation pour permettre aux Ivoiriens d’avoir au moins un toit. Car, ce n’est pas aisé de s’acheter une maison aujourd’hui. Même se loger déjà n’est pas facile. Je tire mon chapeau aux personnes qui décident de construire. Rien que le terrain nu lui seul, coûte cher. Ajouter à cela les longues démarches administratives pour acquérir les documents. Quand on sort de toutes ces tracasseries, on comprend les propriétaires de maisons. S’il y avait des facilités, ce serait salutaire », a-t-il conclu. 

José TETI

Jose_Teti contact@operanewshub.com