Méga découverte de gisement pétrolier et gazier : les 90% de l’entreprise italienne divisent

Cyrille_NAHIN

 Des Ivoiriens sont estomaqués par la part que détient l’entreprise italienne ENI, partenaire de l’Etat ivoirien qui a découvert un important gisement pétrolier et gazier dans le bassin sédimentaire de la Côte d’Ivoire, précisément aux larges des côtes d’Abidjan et d’Adiaké.

« Donc, après leur ‘‘incroyable découverte’’ tellement inattendue dans une des zones les plus pétrolifères du golf de Guinée, les italiens auront l’exploitation à 90% et la Petroci 10%… même les moutons ont une date de péremption. », a fait savoir l’écrivain ivoirien Gauz.

Remontés contre cet accord (90% pour l’entreprise italienne et 10% pour l’Etat ivoirien à travers la société nationale des opérations pétrolières (Petroci), certains recommandent la création des filières pétrolières dans les universités pour plus de recherches scientifiques en lieu et place, disent-ils, des filières théoriques.

 

Ce qu’il convient de savoir, c’est que l’exploitation pétrolière coûte énormément chère. A titre d’exemple, le régime Ouattara y a investi plus de 1500 milliards Frs CFA depuis 2011. Une manne financière qui aurait été bénéfique à d’autres secteurs d’activités tels que la santé ou l’éducation. Plus nantis, les multinationales ont suffisamment de moyens pour prendre des risques. 90 %, c’est également l’apport financier et la technologie de forage.

 

Par-dessus son coût très élevé, l’exploration pétrolière s’avère être un véritable coup de poker. Pour rappel, le gisement baleine officialisé le 1er septembre dernier avait été exploité par plusieurs entreprises étrangères qui y ont mordu la poussière. Du reste, la part de l’Etat ivoirien (10%) se traduit par la réduction des risques. Puis ce contrat s’inscrit dans une durée après laquelle le gisement revient à l’Etat.

 

Cyrille NAHIN 

Cyrille_NAHIN contact@operanewshub.com