Ange KESSI arrête un dangereux violeur

Tribunalmilitaireabidjan

Le parquet militaire a reçu la plainte de dame Yao Charlotte expliquant que sa fille M.A a été violée par le sergent Y.B.

Devant le Commissaire du Gouvernement, la jeune fille de 11ans explique que le sergent YB en service au bataillon de sécurisation nord-est a envoyé sa camarade de classe VS la chercher pour regarder la télévision chez lui. Une fois rentrées dans son salon, sa camarade s'est retirée, la laissant seule avec le militaire. Le sergent la pousse dans sa chambre, referme la porte et se déshabille. Il lance à la petite "on va faire l'amour mais ne dis à personne sinon tu as vu gbangban là (il lui montre sa kalach), je vais te tuer avec".

La petite, selon ses dires ne sait pas par où commencer pour se déshabiller tellement traumatisée à la vue de cette arme de guerre qu'elle voit pour la première fois de près.

Qu'à cela ne tienne, le sergent qui n'a pas le temps à perdre s'occupe de la déshabiller et la viole. Il la rhabille ensuite et la laisse sortir tout en lui rappelant de ne rien dire sinon il va la tuer. 

Le plus ignoble dans cette histoire, c'est que le militaire filmait son acte (viol). Le portable et le film du viol sont placés sous scellé par la brigade de gendarmerie de Cocody et mis à la disposition du parquet militaire.

La petite ne dit rien pendant un an jusqu'à ce que sa mère, une sage-femme découvre des changements au niveau de la santé de sa fille et la crible de questions. Elle finit par avouer avoir été violée par le sergent Y.B

Le Commissaire du Gouvernement ordonne une enquête qui aboutit à l'arrestation du sergent Y.B. L'enquête a révélé que plusieurs filles du camp militaire dont la camarade de la victime qu'il a envoyé la chercher ont été également violées.

Écroué à la prison militaire du camp Gallieni (MAMA), le sergent Y.B attend son jugement. Il risque la perpétuité.

Tribunalmilitaireabidjan operanews-external@opera.com