CPI - justice ivoirienne : l'heure des comparaisons !?

Papsntidiane

La justice est considéré comme le garant des droits public et individuels, elle se veut donc d'etre impartiale et sérieuse pour ne pas avoir à faire d'injustice dans son rôle qui est de rendre justice; et si, tout crimes peut être jugé dans toute les justices alors les même affaire jugées par deux tribunaux différents devraient normalement avoir la même issues.

En effet, voici deux justices différentes qui se sont prononcées sur une même affaire et qui ont eu des verdicts diamétralement opposés ; il s'agit donc des procès sur les crimes commis lors de la crise poste électorale de 2011.

Ainsi, Laurent Gbagbo président sortant a l'époque avait été arrêté avec les siens et jugés par la CPI pendant que ses proches sont jugés par justice ivoirienne.

En effet, considérons le cas Simone Gbagbo et les soldats pro-Gbagbo qui ont été jugés par la justice ivoirienne et faisons une petite comparaisons.

En fait, il ressort après analyse que, là où la CPI avec ses moyens, ses nombreux fonctionnaires en charge de cette affaire; malgré l'appuie des avocats de l'état ivoirien n'a pas eu de preuves suffisantes et ce pendant des années, la justice ivoirienne en a eu suffisamment en un lape de temps pour condamner madame Gbagbo, le capitaine Dogbo Blé, le commandant Seka Seka et autres accusés à des peines lourdes.

Pourtant, il étaient presque accusés des même crimes et la CPI avait jugé insuffisants; les preuves, les milliers de de documents ajoutés aux dossiers, et les témoignages à charge de plus de 80 personnes et a par conséquent acquitté Laurent Gbagbo en première instance et confirmer ce mercredi 31 Mars de façon définitive.

Cependant, nous savons que, c était la même affaire en plus, ces à travers les crimes des soldats ( Dogbo Blé, Seka Seka) et autres que Gbagbo avait été accusé. En plus, Simone Gbagbo avait pris 20 ans de prison alors qu'il avait été retenues contre elle les même charges que celles retenues contre Laurent Gbagbo avant donc de bénéficier d'une grâce présidentielle.

A cet effet, les questions que l'on se pose sont les suivantes :

Comment est-ce qu'une si grande institution juridique comme la CPI appuyée par l'état ivoirien n'a pu avoir de de preuves suffisantes là où, les seuls juge ivoiriens en ont eu suffisamment pour condamner des accusés à des lourdes peines d'emprisonnement ?

Que doit-on comprendre donc par là ?

La justice ivoirienne serait plus compétente en la matière que la CPI qui est une justice internationale ?

Ou alors, les différents verdicts rendus par la justice ivoirienne avaient d'autres but ou inspirés ?

En tous cas en compatant, on découvre quelques choses de pas trop claire dans cette affaire. A ce sujet, qu'en pensez-vous ?


Likez, partagez et surtout abonnez-vous pour plus d'informations

Papsntidiane contact@operanewshub.com