Bondoukou: des femmes enceintes obligées de s’asseoir à même le sol avant leurs consultations au CHR

Negrowski

Bondoukou: Des femmes enceintes obligées de s’asseoir à meme le sol avant leurs consultations

Décidément, le système de santé ivoirien traverse l’une des périodes les plus controversées de son histoire. Les plaintes fusent aussi bien sur le ministère de la santé, les agents de santé, les hôpitaux et même les patients. Chaque camp se renvoie la balle en prétextant des insuffisances qui continuent pourtant de nuire au fur et à mesure que les jours avancent.


N’allez pas croire qu’il n’y a que les CHU de Cocody, de Treichville et de Yopougon qui sont pointés du doigts, d’autres hôpitaux souffrent du manque d’infrastructures et d’autres maux. Il y a à peine deux semaines, à Agboville, une femme rendait l’âme en voulant donner naissance à des jumeaux. Les sages femmes, avançaient l’étroitesse des lits comme argument pour leur décharge. Des problèmes d’infrastructures criants qui s’observent ailleurs également. 

Au CHR de Bondoukou, chef-lieu de la région du Gontougo, on peut apercevoir dès l’entrée de la maternité, des femmes assises à même le sol. A part 3 ou 4 bancs déséquilibrés et mal exposés, les femmes sont obligées de se servir de leurs pagnes comme support pour attendre dans les fils que ce soit pour l’échographie ou pour les consultations prénatales. Ainsi, pour tout le temps que met leur attente, elles sont tenues de rester accroupies ou assises sur les carreaux du sol de l’hôpital. Une situation insoutenable pour des femmes dans des états aussi sensibles que les leurs. Quand des réformes s’imposent dans le domaine sanitaire, les bancs et des préaux adéquats d’attente sont le minimum pour amorcer un changement. 

Pour finir, à y voir de plus près et avec un œil avisé et objectif, on pourrait dire que toute révolution passe par la pression, par les plaintes. La population a raison de faire de la lutte contre les insuffisances des hôpitaux son sujet de préoccupation majeur. On garde espoir quels changera.


Abonnez-vous pour plus de contenus !

Negrowski contact@operanewshub.com