Gbagbo à Daoukro : «il faut se dire les vérités qui soignent pas des bravades qui peuvent blesser»

SGB78

L’ex Président de la République Laurent Gbagbo a foulé le sol de Daoukro ce samedi 10 juillet 2021. Il a été acquitté par la Cour Pénale Internationale des crimes de guerre et crimes contre l’humanité dont il était accusé. C’est donc un Laurent Gbagbo blanchi, libre et confiant qui a regagné son pays natal qu’il sillonne depuis quelques jours.  

De retour parmi les siens, il entend exprimer sa reconnaissance à toutes les personnes qui ont été de quelque soutien que ce soit pour lui lors de sa traversée du désert. D’ailleurs, Pierre-Jules Stahl ne nous enseigne-t-il pas que « La reconnaissance part naturellement d'une belle âme ; les âmes vulgaires n'en connaissent que le mot » ? C’est donc pour exprimer sa reconnaissance à son ainé, le Président Bédié qu’il a effectué le déplacement de Daoukro où il est arrivé en fin de de soirée. Durant le trajet, son cortège a dû marquer de nombreux arrêts car les populations des localités traversées entendaient le voir et surtout lui témoigner leur soutien.

En prenant la parole devant un auditoire composé des cadres du PDCI/RDA et du FPI tendance GOR, Gbagbo a dit la joie qui l’anime d’être à Daoukro. « Je suis très heureux d’être à Daoukro ». Pour l’hôte de marque, cette visite est un « acte de réconciliation et un acte de reconnaissance » car a-t-il rappelé « quand tu es au trou, celui qui vient te saluer est ton frère » et le Président Bédié lui a maintes fois rendu visite quand il était à la Haye. Il était donc bienséant qu’après avoir recouvré la liberté, il vienne dire merci à son ainé.

Se prononçant sur le contexte de cette rencontre, Laurent Gbagbo avouera « au départ, je ne voulais pas parler de politique aujourd’hui, mais est ce que le Président Laurent Gbagbo peut rencontrer son ainé Henri Konan Bédié sans parler de politique ? » a-t-il interrogé. Ceux qui doutaient un tant soit peu de l’engagement de Gbagbo en politique et qui lui destinait plutôt une retraite dorée devront déchanter. L’homme entend investir le jeu politique et faire entendre sa voix sur la marche de la nation notamment la cruciale question de la réconciliation. Parlant de réconciliation, l’hôte de Bédié assènera « il faut se dire les vérités au moment où il faut se les dire, il faut se dire les vérités qui soignent pour guérir pas comme des bravades qui peuvent blesser ».

Revenant sur la dernière présidentielle qui a fait des dizaines de victimes, l’ancien Président a déploré ces violences qui ont considérablement terni l’image du pays avant d’appeler au respect de la constitution. « Si on ne veut pas que le pays brule, on doit respecter ce qui est écrit » et il entend se prononcer bientôt « j’ai promis de parler à un moment et je parlerai car il faut se dire la vérité ». Pour lui, « si nous avons une constitution, il faut se battre pour être du côté de la constitution » et surtout « respecter les êtres humains » a-t-il souligné. Il n’est pas à exclure que cette rencontre soit suivie de bien d’autres pour permettre à ces deux personnalités d’affiner leurs propositions pour une Côte d’Ivoire unie et reconciliée avec elle-même. 

SGB78 contact@operanewshub.com