Déguerpies par des promoteurs immobiliers : 150 familles recasées par le Chef du village de Modeste

NadègeKondo


Elles étaient devenues des ‘’sans-abris’’ dans leur propre village suite à la démolition de leurs habitations par des personnes ayant acquis des terrains dans des conditions décriées par les propriétaires terriens. Ces populations du village de Modeste (département de Grand-Bassam) peuvent pousser un ouf de soulagement. Le Chef du Village Nanan Konney Ahoua Simon a décidé de les recaser sur un site loti d’une superficie de 2 ha. Au cours d’une cérémonie qui a eu lieu le jeudi 15 octobre 2020 à la chefferie du village, les 150 familles bénéficiaires de ces terrains nus dénommés « habitat pour l’humanité » ont reçu leurs attestations d’attribution.

« Ces terrains que nous vous donnons, c’est pour propre votre habitation. C’est pour dormir. Ce ne sont pas des terrains à vendre ou à céder », a dit le chef aux populations.

Cet acte de générosité de Nanan Konney Ahoua Simon intervient dans un contexte où le village sort peu à peu des tensions liées aux litiges fonciers qui ont eu pour théâtre les terres du village de Modeste, objet de toutes les convoitises. « Le problème du cimetière est en voie de résolution. Il sera modernisé et doté d’une clôture pour éviter les dérives que nous avons connues par le passé », a fait savoir le président de la commission foncier du village qui n’a pas voulu rappeler l’épisode douloureux de la démolition des tombes et l’exhumation des corps par des opérateurs immobiliers.

Cependant, la lutte n’est pas terminée. Car le dossier est toujours pendant devant la justice, précisément au niveau de la Cour de cassation. Après une décision rendue en faveur du village de Modeste, la Cour, on ne sait pas quel moyen juridique, s’est rétractée, reportant sa dernière décision à une date qui tarde à arriver. « La Cour de cassation, serait-elle en train de cautionner une forfaiture ou se serait-elle laissée entraîner dans du dilatoire visant à faire traîner les choses ? », s’interroge un membre de la notabilité.

Il faut dire que dans cette affaire, le roi de Moossou Nanan Kanga Assoumou qui revendique la propreté des terres de Modeste, a perdu tous les procès, du tribunal de première instance de Grand-Bassam où il a écopé de 3 mois de prison avec sursis en passant par la Cour d’Appel pour arriver à la Cour de cassation.  

Le Chef de Modeste quant à lui, dit avoir foi en justice et espère que la décision finale finira par tomber un jour. Cependant, en tant que croyant, il ne cesse de répéter que « la justice de Dieu surpasse celle des hommes ». C’est pourquoi, il rassure les populations en ces termes : « Soyez patients. Nous sommes en train de travailler de sorte que personne ne vienne casser vos maisons ».

Sur le site de recasement, il est prévu la construction d’un marché de gros et un marché moderne afin de permettre aux populations de bénéficier d’une meilleure qualité de vie.


NK

NadègeKondo contact@operanewshub.com