Palais de la culture : Koné Dodo dénonce les pratiques de la partie chinoise

Pierre_Ephèse

Le Palais de la culture de Treichville a été bâti entre 1996 et 1999 par des coopérants chinois. Selon le Directeur de cette institution, Koné Dodo, à terme, il était question pour les chinois de transférer leur expertise dans l’entretien et la rénovation des bâtiments et des équipements afférents aux nationaux. Malheureusement, se désole-t-il, force est de constater que plus de deux décennies après le transfert de compétences est loin d’être une réalité.

« Jusque-là, le savoir-faire des coopérants chinois n’est pas encore transmis », a-t-il confié à la nouvelle ministre de la Culture et de l’Industrie des arts et du spectacle, Harlette N’guessan-Kouamé qui lui rendait visite, hier vendredi 16 avril 2021.

Pis, à en croire l’ancien producteur d’Alpha Blondy, lorsqu’il y a des réparations à faire, les chinois exigent que les matériaux viennent de la Chine.

« A l’issue de la crise postélectorale, le Palais de la culture a été réhabilité à hauteur de 24 milliards par les Chinois. Aujourd’hui il y a des carreaux que nous devons changer. Mais ils (les Chinois) exigent que les pièces viennent de Chine. Nous avions un problème de climatisation. Pour changer, cela a duré au moins trois mois. J'ai dû acheter les armoires moi-même », a-t-il fait savoir.

Pierre_Ephèse contact@operanewshub.com