San Pédro : après l’accident du samedi, le corps d’un des 2 disparus repêché par les pompiers civils

News Hub Creator

Source ONPC

La ville de San Pédro avait été le samedi 11 juin 2022, le théâtre d’une situation malheureuse après qu’un camion de transport de sable ait plongé à partir du pont, dans le fleuve sur la voie menant à Soubré et fait 2 disparus.

Des témoins du drame rapportent que le conducteur du camion sur le pont, avait brusquement perdu le contrôle de son engin avant de franchir les garde-fous et de plonger avec ses deux copilotes. Au même moment, un autre conducteur d’une société de cacao témoin oculaire de la scène, a juste stationné son véhicule, avant de plonger à son tour dans l’intention de secourir les occupants du camion déjà en proie aux eaux du fleuve.

Source ONPC

Il disparait aussitôt dans les profondeurs du fleuve. Quelques instants après, arrivent les pompiers civils qui font une reconnaissance du lieu de l’accident. Cette reconnaissance leur permet d’apprécier le sinistre, savoir le type de matériel à utiliser, le nombre de pompiers nécessaire pour l’exécution de telle ou telle autre tâche…

Dans le cas d’espèce, les pompiers civils de San Pédro, ayant constaté le débit élevé de l’eau du fleuve, ont préparé le cordage nécessaire et l’Equipement de Protection Individuelle (EPI) adapté à ce type d’intervention. Les deux copilotes du conducteur du camion entretemps sortis de l’engin, se sont assis sur la coque à peine sortie de l’eau. Les pompiers civils se sont alors chargés de les extraire.

Les secours ont ensuite participé à l’opération d’arrimage qui a consisté à sangler le camion à l’aide de câbles, avant que la grue d’une société portuaire ne l’extraie de l’eau. Ils ont également conditionné les deux copilotes du camion qu’ils ont évacués au Centre Hospitalier Régional de San Pédro.

Alertés le dimanche 12 juin 2022, les pompiers civils ont procédé à l’extraction du corps du conducteur de la société de cacao derrière l’usine Olam de San Pedro.

Il faut retenir que les pompiers civils ont reçu des formations pour intervenir sur différents types de sinistres. En cas d’alerte, ils posent un certain nombre de questions par exemple, pour préparer les hommes et le matériel qu’il faut pour répondre à l’attente des personnes en détresse.

Car, le matériel nécessaire pour intervenir sur un accident de la circulation est différent de celui utilisé pour un cas de noyade, un incendie ou une inondation.

Pour finir, on doit noter que même si nous sommes témoins d’un sinistre, au cas où nous n’avons point reçu de formation en secourisme ou en incendie, il est déconseillé de s’engager dans l’exécution de certaines tâches qui recommandent que l’on soit spécialiste au risque d’en être une victime malheureuse ou de causer des dégâts plus graves sur l’état des victimes.

Désiré_DAGO

News Hub Creator operanews-external@opera.com

Home -> Country