Salon de la beauté : Accusé de vol de projets, Fabrice Sawegnon réagit «je vais porter plainte »

eugeneyao

Dans un témoignage vidéo balancé sur internet, qui a vite fait le tour de la toile, Ulrich Kouakou, se présentant comme ingénieur en communication, a accusé, ouvertement, Fabrice Sawegnon, le patron de Voodoo Communication de Life TV, d’avoir volé son projet sur la thématique de cosmétique en Côte d’Ivoire qu’il avait baptisé « Cosmétika Expo ».

Dans la conférence de presse qu’il a animée, le 21 mai 2021, lors de la première édition du salon de la beauté, de la mode et du bien-être (Lifestyle & Beauty Festival), qu’il a organisé, du 21 au 23 mai 2021, à Sofitel Hôtel Ivoire, le PDG de Voodoo Group, a réagi face à cette accusation qu’il considère comme un affront contre sa personne.

Revenant sur les faits, Fabrice Sawegnon, explique qu’en 2020, Ulrich Kouakou, le plaignant l’avait accosté à un feu tricolore, lui faisant part d’un projet. Par la suite, les deux hommes se sont retrouvés à son bureau pour en discuter, mais sans une véritable suite à cette affaire.

C’est pourquoi, il se dit surpris par ce comportement de ce jeune activiste sur la toile. « Il m’a écrit pour dire, grand frère, je viens à Life TV, vous faites un festival c’est mon idée. J’ai dit, petit, tu ne peux pas dire c’est ton idée. A la limite, tu peux me dire grand frère si tu faisais un festival pourquoi tu ne m’as pas dit et je vais répondre, non, c’est parce que je n’ai pas voulu te décourager. Parce que, c’est comme si toi on te dit que Ronaldo va jouer dans l’équipe nationale. Est-ce que tu penses que tu vas jouer encore ? voilà la réalité. C’est aussi ma manière d’aider les jeunes, ne pas les décourager. Parce que pour moi si un jeune veut faire son salon qu’il se batte pour le faire, s’il le peut. Je considère qu’il y a de la place pour tout le monde.

Mais il s’en va faire une publication, on ne dit rien et puis il s’en va faire une vidéo où il parle de moi comme un va-nu-pieds, comme un voleur de projets, un gars qui n’a jamais eu d’idées, moi « Fabio Capello », le gars qui a monté Voodoo, qui a monté Life Star, Life Tv, construit le Boulay Beach Resort (BBR), le gars qui a fait le Sara, qui a fait la campagne de 18 présidents en Afrique… », explique Fabrice Sawegnon.

Pour lui, techniquement le salon de la beauté, de la mode et du bien-être qu’il organise ne peut être une idée d’Ulrich Kouakou comme il le prétend.

« Nous avons fait un salon de la beauté en 2016 dénommé ‘’beauty color Africa’’, c’est au sortir de là que nous avons décidé de sortir une chaîne de télé ‘’Life TV’’avec un programme phare comme les ‘’lifeuses’’ en 2019. Et dans le contrat, il était prévu un salon de beauté, donc techniquement son idée ne peut venir avant mon idée.  

Fabrice Sawegnon reconnait toutefois que lorsqu’il a reçu le jeune entrepreneur qui est venu lui exposer son idée, il ne lui a parlé de son salon. « Quand il est venu me voir, je ne lui ai pas dit que je fais déjà un salon car il est jeune et cela risque de le casser », confie-t-il.

Mieux dira-t-il « le salon de la beauté ce n’est pas une idée originale, il y en a des millions de salons de mode à travers le monde, il ne peut donc pas être une idée de quelqu’un ».

Mais pour le Directeur général de Voodoo Group, toute modestie mise en part, tout ce qu’il a touché lui a réussi, depuis 22 ans qu’il est dans ce secteur. Il ne peut donc pas être accusé d’avoir volé l’idée de quelqu’un, qui plus est un anonyme.

« Le plus gros salon de l’Afrique de l’Ouest, le Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales (Sara), avec près de 300 000 visiteurs/Jour, sur 10 jours, sur une superficie de 13 hectares, c’est nous qui le faisons, nous avons fait également le salon de l’automobile, certains n’y croyaient pas, mais nous l’avons réussi, le sommet des chefs d’Etats UE/UA, Investir en Côte d’Ivoire », a-t-il affirmé.

Avant d’ajouter, « il dit dans sa vidéo qu’il a nous envoyé des documents pour nous montrer comment on fait un salon, je pense que parfois il faut avoir de l’humilité, comment toi qui n’a jamais rien organisé, qui est quelque part à Angré, peux-tu prétendre nous apprendre comment on fait un salon, à nous qui sommes habitués à organiser les plus grands événements, qui avons une équipe de 600 personnes rompues à la tâche, qui pour certains, ont plus de 30 ans d’expérience? »

A en croire Fabrice Sawegnon, avec cette expérience, il n’envisage plus d’aider les jeunes qui sont nombreux à frapper à sa porte.

« Ce n’est pas gentil, moi j’ai financé des jeunes que je ne connais pas, je n’ai pas dit donner un marché, il a un projet je l’accompagne parce que j’estime qu’il faut aider nos jeunes à s’en sortir, c’est pourquoi chaque semaine j’organise des conférences dans les écoles, le week-end dernier j’étais avec des jeunes  femmes entrepreneures, je passe ma vie à faire ça parce que je me dis c’est ce que peux apporter à mon pays, expliquer, partager mon expérience, aider quelque fois si on peut », soutient-t-il.

Pour ce Magnat de la Communication, désormais, pour parler il faut avoir de la légitimité.

« Il y a quelque chose qu’on appelle la légitimité, quand tu parles, qu’est- ce qui te rend légitime à prendre la parole. Si Didier Drogba veut parler de football, il est légitime, si Idriss Diallo veut parler de foot, il est légitime. Mais toi tu viens accuser un gars qui a passé sa vie à innover, à créer, à transformer le pays, tu lui dis tu es un voleur, mais toi tu as fait quoi ? Toi tu bois bière à Angré, mais arrête ! la conséquence de tout ça est qu’il a fermé la porte à beaucoup de jeunes. Aujourd’hui, il y a beaucoup qui m’écrivent sur Instagram je ne réponds plus, ceux qui veulent faire photo avec moi je dis, arrêtez. Vous pensez que c’est facile de voir son nom sur internet, on t’insulte, tu es marié, tu as des enfants et tes enfants te demande toujours papa qu’est-ce ce qui se passe encore ? », dira-t-il.

Tout ce qu’il fait dit-t-il c’est pour aider les jeunes « il y a des gens qui ont leur argent, ils sont assis, ils vont au ski, ils vont en voyage ils reviennent, c’est nous on veut faire Kpapkato pour aider les gens que vous voyez. Il faut que le pays change. Moi mon premier salaire j’avais 180 000f, j’ai fait l’INSET de Yamoussoukro, je ne suis jamais allé ailleurs. C’est avec les collaborateurs, ceux qui ont cru en moi que nous bâti ce que vous voyez. On pouvait s’arrêter, je vous dis si aujourd’hui je décide de m’arrêter, mon attiéké est garanti parce que je ne mange pas caviar. Mais on continue, parce qu’on se dit, il faut qu’on porte la jeunesse, des projets, des valeurs. Mais ce sont des injures tout le temps, et puis ce ne sont mêmes pas des injures légales parce que c’est un gars qui n’a jamais rien fait dans sa vie, mais qui t’accuse de lui voler des idées », regrette-t-il.

Fabrice Sawegnon explique qu’au procès, où il s’est fait représenter par son avocat, « le juge lui a dit, je ne comprends pas ta demande, ce que vous dites n’a pas de sens, je ne comprends pas pourquoi vous êtes là. Le hic, il a lancé un appel sur les réseaux, comme une sorte de révolution populaire, pour que les gens viennent au procès contre ‘’un voleur’’ », relève-t-il.

Selon Monsieur Sawegnon, un ami lui a dit un jour que le serpent pour bien vivre, vit caché.  « Mais je lui ai dit je ne suis pas un serpent, pourquoi je vivrais caché, je fais juste les choses pour aider ma compagnie, je fais des choses que j’aime. Il y a des gens qui me disent pourquoi tu n’achètes pas Woro-woro, il y a l’argent dedans, je leur ai dit, je n’achète pas Woro-woro. D’autres disent, il faut faire plantation d’hévéa, que tu cultives pendant 7 ans et puis tu as l’argent. Je leur dis je ne vais pas au champ parce que ce que j’aime c’est ce que je fais :  la télé, la pub, le salon, c’est la vie que j’ai choisi. C’est pourquoi, quand mon ami m’a dit que le serpent pour mieux vivre, vit caché, je lui ai dit, je ne suis pas un serpent. Je veux juste vivre ma vie et faire les choses comme je le sens, que Dieu me donne la force. Il ne faut pas donner de l’audience à des choses qui ne valent pas la peine. Je suis un positif, un ultra-positif. Je considère que si l’homme à une énergie de 100/100, si tu enlèves 50 % de négatif, il ne va que rester que 50% de positif et les 50% de négatif vont absorber les 50% de positif pour vous ramener à zéro. C’est pourquoi moi je suis 100% de positif. Chaque jour je demande à Dieu de m’éloigner de mes ennemis, je ne veux même pas les voir, comme ça je serai toujours souriant ».

A en croire Fabrice Sawegnon, « Ulrich Kouakou a perdu le procès et il est maintenant injoignable ». Avant d’ajouter, « Je ne sais pas s’il était en mission contre moi, mais ce qui est sûr, moi je vais porter plainte contre lui pour diffamation. C’est la seule fois de ma vie où je vais aller au bout de ma plainte parce que trop c’est trop. Tu ne peux pas insulter les gens comme ça, les jeter à la vindicte populaire, c’est trop facile ».

 

Eugène YAO   

      

eugeneyao contact@operanewshub.com