Michel Bohiri: Voici sa biographie et les grands moments de sa carrière, le père du "syndicat"

News24TV

Michel Bohiri et les grands moments de sa carrière !

MICHEL GOHORE BOHIRI est né le 19 avril 1964 à Dibolé sous-préfecture de Ouragahio dans le département de Gagnoa.

Acteur ivoirien qui a consolidé sa notoriété panafricaine, fort de la série ivoirienne à succès « Ma Famille ».d'Akissi Delta ,Michel Bohiri est est aussi professeur d’art dramatique, metteur en scène, réalisateur, ....

Marié et père de 2 enfants: un garçon et fille.

"C’est vrai qu’à cause de mon boulot j’ai un programme assez imprévisible mais ma famille reste un refuge pour moi. C’est pourquoi d’ailleurs je ne l’expose pas aux médias." Dit il.

■ Enfance et carrière

Féru de talents, c’est depuis tout petit que BOHIRI Michel utilisait les séchoirs de produits agricoles comme podium, pour camper les scènes quotidiennes, pendant ses temps libres, devant un public composé essentiellement de femmes et d’enfants. Savait-il qu’il jouait ainsi son destin ?

Certainement non. Toutefois, il aurait été happé par la musique. En effet, ses flirts avec l’Art, remontent aux années 70, à l’époque de l’électrophone, du vinyle et des 45 tours. En ces temps là, comme tous les enfants du village de Dibolé, Bohiri se faisait l’interprète parfait de toutes ses vedettes préférées, devant le grand regard médusé de ses admirateurs. C’est donc sans surprise qu’il est choisi comme l’animateur vedette des soirées récréatives de son village et des villages voisins.

Des prédispositions artistiques, Michel Bohiri en avait. Son talent par contre, il le doit à son environnement qui a permis l’éclosion de ses potentialités : la libre expression, la conservation de l’instinct de jeu et de dramatisation ont suivi naturellement. Ce qui ne l’empêcha pas de poursuivre ses études.

Cette constance lui ouvre les portes du Festival National de Théâtre Scolaire. Bohiri, alors en classe de 2nde, expérimente le vrai théâtre basé sur des textes élaborés, avec mises en scène et répétitions. Rien à voir avec la plaisanterie habituelle pratiquée jusque là. « Dans une société bâillonnée où tous usaient de la langue de bois, seuls les artistes pouvaient ruser avec la langue, dire certaines choses sans courroucer le pouvoir en place ». explique-t-il. Cette fois-ci, la décision est prise.

Devant les multiples activités que lui propose le CNOU (devenu le CROU), avec son entrée à l’université d’Abidjan (cocody), c’est la compagnie Masques et Balafons dirigée par le charismatique Mory Traoré (professeur d’art dramatique auteur, metteur en scène, réalisateur, acteur) qui l’accueille et impulse une orientation nouvelle à sa carrière de 1985 à 1987. Un travail remarquable en somme ; car sans avoir à monter sur scène, Mory Traoré par la phrase magique : «en matière d’expression artistique, la subtilité doublée d’une précision s’avère plus efficace dans la pertinence qu’un scandale éventé dans des cris désordonnés », lui a enseigné la maitrise de tout son corps et le contrôle de son jeu.

Toujours avide de connaissances Bohiri côtoiera les géants du théâtre ivoirien (Thérèse Taba, Bity Moro…) et fera un passage à l’Ecole de Danse et d’Echanges Culturels (EDEC) de Marie Rose Guiraud.

Des stages et expériences s’ajouteront à sa formation pratique. C’est ainsi qu’en 1985 il jouera le rôle du prologue et du sergent Marc dans La parenthèse de Sang, de Sony LAB’ ou TANSI au théâtre de la cité. Dans l’année qui a suivi il jouera le rôle du petit garçon du Parigot et du grand reporter TV, dans l'amour du prochain de Andreïev, d’après Noël EBONY au théâtre de la, cité. Son credo étant « ne jamais paraitre incompétent encore moins ridicule dans son domaine » il retourna en 1987 au Conservatoire National des Arts du spectacle dirigé en son temps par Marie-José HOURANTIER.

Comme un musicien qui fait corps avec son instrument, Michel Bohiri sait intérioriser ses personnages pour leur donner une âme, et leur prêter un corps.

■1985 la naissance de l’histoire d’amour avec la comédie !

"J’étais certes déjà en contact avec le théâtre depuis mes années de lycées et collège, mais c’est à mon entrée à la Fac des lettres, et la rencontre avec un grand homme de culture (Mory Traoré), réalisateur, cinéaste, metteur en scène, écrivain, journaliste doublé d’un excellent formateur (il donnait à l’époque des cours de cinéma à l’université d’Abidjan), que le déclic s’est véritablement crée, et que la passion s’est renforcée. Son admiration jamais avouée m’a mis en confiance, et je me suis dit que je ne devais pas rater l’opportunité de servir une vocation…pour la petite anecdote, je jouais encore au lycée quand un jour un de nos profs de philo m’a abordé pour m’offrir la possibilité de faire une formation de comédien à Dakar, étant donné que l’école de théâtre d’Abidjan était fermée depuis 5 ans…Moi je tenais plutôt à obtenir mon Bac, moi aussi, et être étudiant, avec tout ce que cela impliquait comme prestige!(rire) Mais une fois à l’université, je retrouve le théâtre en face, et je le découvre dans tous ses aspects, dans toutes ses formes d’expressions, et c’était fascinant, avec surtout un formateur très passionné, méthodique et méticuleux….je n’avais plus d’autre temps. Le destin venait ainsi d’être scellé: à la fin de l’année scolaire je passe avec succès le concours d’entrée à l’institut des arts du spectacle."

■Les années 90 alors que les parents rêvaient de voir leurs enfants avocats, ministres ou docteurs !

" imaginer que j’ai dû braver beaucoup de pressions de toutes parts! Par exemple mon grand frère qui m’a pratiquement élevé à Abidjan était interloqué quand je lui ai annoncé ma décision de ne plus continuer à la Fac des Lettres…dans l’immédiat il n’a rien dit. Et il ne m’a plus adressé la parole pendant toute une semaine, parce que selon ce qu’il a confié à sa femme plus tard, je jouais avec mon Bac!…rires…il a tenté de m’en dissuader en me promettant son soutien total pour embrasser tout autre corps de métier qui pouvait me plaire…Mais j’ai eu la chance d’avoir des parents qui ne se sentent pas à l’aise quand ils me contrarient…je suis en quelque sorte leur enfant gâté…rires…j’avais donc décidé d’entrer à l’école de théâtre, et non sans crainte, ils m’ont laissé faire. J’ai l’impression que même aujourd’hui hélas, on ne voit que la fonction ludique du théâtre en Afrique. Je me souviens encore des mises en garde délicates de ma grand-mère qui n’arrêtait de me dire: "tu peux toujours continuer de réfléchir….le théâtre, ce n’est qu’une activité de jeunesse".

■Que Penses-il du cinéma en Afrique ?

Le cinéma africain regorge d’atouts et de potentiels! il peut bien imposer son point de vue et faire entendre son son, pourvu qu’il brise ce complexe qui le maintient devant le miroir de l’autre…

■Bohiri apres plus de 27 ans de carrière !

Les grands moments de sa carrière furent :

▪︎1991 : Sa première grande prestation au CCF avec ‘’La visite de la vieille dame’’

▪︎1994 : Rencontre avec Daniel CARDOT, qui marque ses premiers pas dans la Publicité

▪︎1995 : ‘’Sida dans la cité’’ consacre ses début de TV-vidéo

▪︎1995-1997 : IL est primé deux fois successivement meilleur comédien ivoirien avec les pièces ‘’Montserrat’’ et ‘’ La Métamorphose du frère Jéro’’ de Wolé Soyinka au C.C.J.A de Bouaké en 1997.

▪︎1999 : un bref passage dans le domaine du cinéma avec ‘’Article 15bis’’ du congolais Balufu Bakupa.

"j’ai eu beaucoup de trophées et de distinctions dont le plus émouvant reste pour moi encore aujourd’hui, "le KILIMADJARO" du meilleur comédien de Côté d’Ivoire, décerné en 1995 (7 ans avant Ma Famille) à l’issue de la saison théâtrale, pour saluer mon interprétation de Juan Salcedo Alvarès, dans "Montserrat" d’Emmanuel Roblès

Autres distinctions

▪︎ Prix Bienvenue NEBA pour la meilleur interprétation Masculine le 28 juin 2005 ;

▪︎LE CERTIFICAT DU TROPHEE de la 7ième EDITION DE L‘’ONG YEHE’’ le 03 juin 2006

▪︎Un DIPLOME D’HONNEUR du CENTRE D’ACTION CULTUREL D’ABOBO le 29 Octobre 2010.

■Filmographie

▪︎Guests surprised (2008)

▪︎Article 15 Bis

▪︎Ma famille

▪︎Les Oiseaux du ciel (2006)

▪︎Danger Permanent

▪︎Le Choix de Marianne

Marco et Clara

▪︎Mon père a pris ma femme

▪︎Pardon ! je t'aime

▪︎Amour & Trahison

▪︎Une famille sans scrupules

▪︎L'Escroc

▪︎Les Dragueurs

▪︎ Les Oiseaux du ciel

▪︎Danger Permanent avec Michel Gohou,

▪︎ Le Choix de Marianne

▪︎ Marco et Clara

▪︎ Mon père a pris ma femme

▪︎ Pardon ! je t'aime

▪︎ Invités surprises

▪︎Amour et Trahison

▪︎Les co-epouses

▪︎La famille sekouba

▪︎ Lago Le Terrible

▪︎ Un Braquage à l'Africaine

Bohiri Michel a récemment incarne un rôle de premier plan dans le nouvel film français:(« Il a déjà les yeux ») qui vient récemment d’avoir un premier prix dans un festival du film français!

Chapeau le père du syndicat

News24TV

PARATGEZ!!!

News24TV contact@operanewshub.com