Déforestation en Côte d'Ivoire : causes et conséquences sur l'économique

Petitpimentwemedia

La Côte d’Ivoire a perdu 47000 hectares de forêteudi un groupe environnemental, malgré les promesses de l’industrie d’arrêter la déforestation.

Le pays est le premier producteur mondial de cacao, mais a perdu plus de 85%

de son couvert forestier depuis 1960, principalement en raison de la culture du cacao, selon le gouvernement.

Les forêts en Côte d’Ivoire ont perdu du terrain. La déforestation quant à elle menace de plus en plus. Si le processus n’est pas inversé, cela aura des effets néfastes pour l’environnement et de l’économie du pays.

Le gouvernement ivoirien engage la course contre la montre pour tenter d’enrayer la destruction de sa forêt. De 16 millions d’hectares avant 1960, le pays n’en compte qu’à peine un peu plus de 3 millions d’hectares selon les chiffres officiels: 80% de la forêt ivoirienne a donc disparu en moins de 60 ans. Une superficie qui continue d’être grignotée du fait de la poursuite de l’expansion agricole avec la création ininterrompue de vastes plantations de cacao, d’hévéa ou encore de palmier à huile au détriment de la forêt.

Il existe des facteurs naturels de disparition des forêts, tels que la succession d’incendies ou de tempêtes, des attaques de parasites, la modification des pluies ou des vents… Un cas emblématique : le désert du Sahara était couvert de forêts il y a 6000 ans. Toutefois, en dehors de quelques exceptions de ce genre, la plupart des forêts dégradées redeviennent des forêts à plus ou moins long terme.

Les causes humaines de déforestation sont malheureusement d’une échelle et d’une intensité autrement plus élevées on aussi, la conversion des forêts en champs cultivés .

Des moyens simple à mettre en oeuvre pour une protection durable des forêts ivoirienne et l engagement de tous les citoyens en savoir plus: Une implication personnelle de chaque individu est nécessaire. Les raisons pour s’impliquer sont multiples et variées: la forêt est capable en premier lieu de favoriser la fertilisation du sol et d’assurer une sécurité alimentaire, puis d’aider à l’évolution de la médecined’arrêter l’avancée du dessert, et de contribuer à un bon taux de pluviométrie. Voilà des raisons pour lesquelles nous devons agir.

Pour se faire, il est possible de s’engager bénévolement dans des organisations internationales ou à but non lucratif qui ont pour objectif la résilience des forêts à travers des campagnes de sensibilisation à travers le pays, et des projets de reboisement .....

Petitpimentwemedia operanews-external@opera.com

Opera News Olist