Education : la nouvelle génération s'éloigne de la conjugaison et de l'orthographe

Abdoulayesoro_14

Faut-il rendre la conjugaison facultative ?

Aujourd’hui il est de plus en plus difficile de trouver des jeunes gens capables de rédiger un paragraphe sans commettre des fautes de conjugaison. Voici par exemple une liste de fautes fréquentes :

- J'ai dire, je dire que, j'ai faire,

- Tu as mentir, tu as tout dire, tu faire quoi

- Il es l'heure, il n'as pas, il dire de...

Ces erreurs de conjugaison sont monnaie courante dans nos établissements scolaires, dans la rue et sur les réseaux sociaux au sein de notre jeunesse.

C'est également le cas pour l'orthographe. À l'instar de la conjugaison, l'orthographe souffre énormément aussi entre les mains de cette jeunesse. Il est très coutume aujourd'hui de voir des expressions comme :

- Ses lui, ce faut, s'était pas moi

- il ce lave, il ne s'est pas lire, il c'était

- tu mans, tu as manti, je conte sur toi

Face à toutes ces remarques, deux questions se posent : qu'est-ce qui a pu bien favoriser cela ? que devons-nous faire?

Amis lecteurs, face à ces interrogations, votre avis nous intéresse.

Abdoulaye Soro

Abdoulayesoro_14 operanews-external@opera.com