Sécurité en Afrique de l'ouest : Trop de bruit de bottes autour de la présidence

News Hub Creator

Sommes nous prêts pour la démocratie en Afrique ? Cette façon de diriger sied t-elle à l'Afrique ? Nous pouvons nous poser ces différentes questions au vu de ce qui se passe depuis un certain temps avec récurrence en Afrique de l'ouest autour des palais présidentiels . Des bruits de bottes à la présidence par ci par là.

L'utilisation des armes pour déloger les présidents élus par le peuple . Le mali a ouvert le bal en renversant par les armes son président. Les sanctions "pleuvent" pour cet acte. mais , la majorité du peuple trouve ces sanctions absurdes et incompréhensibles . Cet acharnement de la communauté internationale à dicter sa volonté acerbe le peuple qui s'oppose et la déchirure s'installe. Dans tout mal il y'a un bien pourrait-on dire dans ces situations de coup de force de l'armée.

Cette situation du Mali n'est pas la seule à faire frémir la zone ouest Africaine. Juste à côté la Guinée suit le pas dans cette cadence "de botte autour du palais présidentiel" . Le plus récent celui du Burkina Faso , après avoir interdit une marche du peuple , dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 janvier 2022 , le Burkina Faso se met dans la danse avec un rythme ambigu ou les rumeurs se font de plus en plus grossissant de la chute du président par l'armée. Au dernière nouvelle , celui-ci est retenu dans un camp militaire.

Hélas c'est comme une histoire" de passe passe" et pourtant c'est le peuple qui subit les conséquences de ces coups de forces. Les présidents africains ont tous le même problème , les cris du peuple ne leur parviennent pas à l'oreille et lorsqu'ils l'entendent cela est trop tard pour leur gouvernance.

A fausse de trop ruser avec les lois et les constitutions , il faut s'attendre à des soulèvements. Le peuple a besoin de paix et de sécurité, non de parole et promesses .

En effet, Après le colonel Mamadi Doumbouya en Guinée et Assimi Goïta au Mali, le Burkina Faso le troisième pays d'Afrique de l'Ouest à subir un coup d'Etat militaire en moins de 6 mois.

Il va falloir repenser le mode de démocratie et aussi repenser le mode de mérite dans la gestion de nos pays. Trop de complaisances dans la gestion des affaires de l'État détruisent le système.

Edmond kouassi ( Eddydy)

News Hub Creator contact@operanewshub.com

Home -> Country