Journaux Ivoiriens/ces titres qui peuvent mettre à mal la réconciliation nationale

SRANKPA

Vdi2805210800

Le chemin qui mène à la réconciliation vraie en Côte d'Ivoire est loin d'être un fleuve tranquille. Et Laurent Gbagbo l'ex président ivoirien le disait lui même, "on ne sort pas d'une guerre comme on sort d'un dîner gala". Avec le temps, l'analyse de certains faits et écrits au quotidien semblent donner raison aux champions des GOR. Malgré le temps qui s'est écoulé, malgré dix années d'incarcération dans l'une des prisons les plus sûres du monde assorties d'un acquittement, certains ivoiriens ne semblent pas être disposés à tourner la douloureuse parenthèse de sang qu'a connue notre pays et à laisser M. Laurent Gbagbo un peu tranquille. Et il est difficile de comprendre qu'au nombre de ceux-ci se trouvent des médias censés favoriser par leurs écrits la cohésion sociale et la réconciliation nationale. Un exemple des plus éloquents nous a été servi à la une du journal "L'ESSOR" du Mercredi 26 Mai 2021.

En effet ce quotidien en co-une de ladite édition écrivait "Le retour annoncé de M. Gbagbo, "M. 3000 morts" de la crise post-électorale de 2020. "Retour annoncé de Blé Goudé, le harangueur des GOR", Koné Katinan, l'éventreur de la BCEAO", "Pickass, le déchireur des PV des résultats électoraux sont aussi là". En taxant Laurent Gbagbo de M. 3000 morts" quel est l'effet recherché aussi bien dans les coeurs des militants RHDP que dans celui des sympathisants de M. Gbagbo? Nous ne saurions le dire, mais l'expérience de la mentalité à l'ivoirienne nous pousse à croire que de tels propos ne peuvent qu'exacerber les colères, frustrations et ressentiments de part et autre. Et la conséquence logique d'une telle situation ne peut être que de nous éloigner de la réconciliation que nous appelons de tous nos vœux.

Pourquoi certains de nos compatriotes font-ils tant d'efforts pour ramer à contre courant de la volonté du chef de l'État Alassane Ouattara lui même de ressouder le tissu social fortement fissuré ? Il est peut-être temps que certains d'entre nous y compris les journalistes comprennent qu'une très grande majorité des ivoiriens dont nous même, se fout royalement de la politique. Comme on le dit en Côte d'Ivoire, "ils font rien avec ça", et en ont marre d'être pris en otage par des irréductibles de diverses chapelles et bords politiques qui pensent que pour être en paix, il faut absolument étouffer et réduire au silence l'adversaire. Certainement que des journaux de l'opposition écrivent aussi des choses qui ne sont pas faites pour accélérer l'unité nationale. Il faut leur faire comprendre ainsi qu'à toutes ces personnes qui s'agitent entre ciel terre et mer qu'il y a un temps pour faire la guerre et un autre pour faire la paix. Et ceux qui aspirent désormais à une vraie paix et à une réconciliation sans hypocrisie dans ce pays sont les plus nombreux.

SRANKPAWA BOUAKE Vdi2805210800

Photos: Internet

Abonne toi "+ Suivre", Partage, Commente et mets un like

SRANKPA contact@operanewshub.com

Opera News Olist