Malgré le nouveau parti de Gbagbo, Alfred Guéméné prédit sa réconciliation avec Affi et Simone

News Hub Creator

10 ans se sont écoulés depuis l’éviction par la force de l’ex chef d’état, Laurent Gbagbo, le 11 Avril 2011. Une décennie qui contrairement aux espoirs d’une remise en selle du Front Populaire Ivoirien (FPI) en tant que parti emblématique de la Gauche Ivoirienne, se conclut par le spectacle déroutant d’un bloc émietté avec d’une part la direction légale du parti frontiste conservée par Pascal Affi Nguessan et d’autre part, l’ex chef d’état, Laurent Gbagbo qui devrait dans les prochains jours mettre en place sa toute nouvelle formation politique, de laquelle pourrait briller par son absence son épouse légale, Simone Ehivet Gbagbo, hissée au rang de référent politique du Mouvement Générations Capables (MGC).

 

Témoin des premières heures de l’avènement du multipartisme dont Laurent Gbagbo est l’égérie, Alfred Guéméné, cadre du FPI, reste optimiste quant aux retrouvailles de ces différentes personnalités dans la perspective de la reconquête du pouvoir d’état.

 

Dans une contribution qu’il nous adressait ce Vendredi 1er Octobre, il livre un diagnostic sévère de l’approche politique de ce trio : ‘’ La situation actuelle de la gauche ivoirienne interpelle les consciences et laisse pantois celle et ceux qui espéraient en cette famille politique.

Le fait est que si le principe du combat contre la dictature faisait l'unanimité, et que ce combat faisait l'objet d'une mobilisation sans faille, il n'en est pas de même aujourd'hui concernant la stratégie de reconquête du pouvoir.

Tout le monde fait chorus au plan principiel quant à l'exigence du rassemblement de nos forces. Mais cette volonté clairement affichée est confrontée à l'infusion autocratique des figures emblématiques de la gauche.

De sorte que la gauche socialiste et humaniste qui suscitait l'espoir de tout un peuple est en train de se disloquer, s'effilocher et se liquéfier, sous le regard abasourdi du peuple qui ne sait plus à quel saint se vouer.

On peut donc s'interroger à juste raison, si les principaux animateurs de cette gauche traditionnel, n'ont pas perdu de vue l'essentiel de la lutte de la gauche ivoirienne.

En effet, la mission originelle des forces de gauche, reste et demeure la transformation de la société ivoirienne.

De sorte que si l'on peut concevoir et comprendre, voire pardonner les dissensions entre Laurent Gbagbo et Palcal affi N'guessan, d'une part, et Laurent Gbagbo et Simone Gbagbo, d'autre part, on peut difficilement pardonner que ces leaders qui fédèrent l'espoir du peuple, enlisent l'action de la gauche dans les ornières de leur égo respectif’’. Cependant, prédit-t-il, ‘’nous continuons de croire et de soutenir que ces mouvements d'humeur qui se déclinent dans des boulimies créatives et ostracistes, déboucheront inéluctablement sur une conjonction de toutes les forces.

Car, comme le dit si bien François Mitterrand, dans la "paille et le grain",<< le destin de la Seine n'est pas d'arroser la France, mais d'aller à l'océan >>.

Pour tout dire, une chose est de montrer l'ampleur de sa force, et une autre est de montrer l'usage que l'on fait de cette force.

Cela veut dire, en clair, qu'au delà de leur démonstration de force individuelle, Laurent Gbagbo, Simone Gbagbo et Pascal Affi N'guessan finiront bien par se retrouver, et se réconcilier autour des valeurs qui fondent le combat dont ils sont les figures emblématiques’’. Pour lui, ‘’ C'est une impérieuse exigence, faute de quoi, il faudra désespérer de la gauche ivoirienne. Ceux qui sont faits pour vivre ensemble, finissent toujours par se retrouver’’.

 

De retour à Abidjan après plus de deux semaines passées en Europe, Laurent Gbagbo devrait très prochainement procéder à la création de son nouveau parti politique dont l’objectif, selon ses lieutenants, est de lutter pour la souveraineté économique et financière de la Côte d’Ivoire.

Raoul Mobio

News Hub Creator contact@operanewshub.com

Home -> Country