Taekwondo : Déterminée, l'arbitre Anoh Chantal reste confrontée à de sérieux défis

goorémichel


Taekwondo-in et Arbitre internationale Anoh Chantal, fait parler d’elle dans le milieu du Taekwondo ivoirien. Celle que l’on nomme affectueusement, la Drogba du Taekwondo a ,au cours d’une interview qu’elle a accordé le mardi 7 Septembre 2021 ,à Opéra news, passé en revue son parcours dans l’univers du Tatami tout en étalant les difficultés qu’elle rencontre et ses attentes .Ci-dessous l’intégralité de cet entretien .

 

Anoh Chantal, vous êtes arbitre internationale de Taekwondo. Alors ,comment en êtes-vous arrivée à la discipline du Tatami?

Je vous remercie pour cette question. J’étais la Secrétaire d'un grand centre sportif nommé Zirignon Sport Center le Maître principal Coulibaly Ibrahima m’invitait à plusieurs reprises, je le refusais à chaque fois. Lorsqu’un jour je sois victime d'une agression à l'arme blanche à 2 reprises à la descente du boulot à l'époque j'habitais le quartier de Marcory- Remblais et à la descente c’est ainsi que je me suis dite qu’il fallait apprendre à me défendre. Et j'ai été encadrée à huit clos par Maître Bassolé et Maître Osman Ibrahim, avant d'intégrer le groupe. Voici comment j'y suis arrivée au Taekwondo.

Pourquoi avez- vous choisit l’arbitrage et les combats ?

Mon histoire avec l'arbitrage est émouvante, Je ne l'ai pas choisi mais cela m’a été imposé par certains Maîtres de la Ligue de Marcory à laquelle j’appartiens. (Maîtres Abouet Léa, Rodrigue, Boty Bi, Bamba Aboulaye et l’ancien président de la Ligue de Marcory Maître Rasaki qui m’a inscrite sur la liste de l’examen auquel je fût 3ème au niveau National. J’ai été nominée à 3 reprises au niveau National.

Quels sont les critères pour devenir arbitre international ?

Pour être un Arbitre International, l’arbitre de Taekwondo doit remplir plusieurs conditions. D’abord avoir une parfaite maitrise de la langue anglaise et avoir une parfaite maitrise des règles du jeu . Secondo, il te faut l’amour pour l’arbitrage. Autre qualité qui est recherchée à l’international, c’est l’impartialité et il faut être un bon Juge .Autre élément qui caractérise l’arbitre international ,c’est la capacité de ce dernier à toujours sécuriser les Athlètes au cours des compétitions. Enfin, l’arbitre international doit avoir la joie de motiver les athlètes et être calme pour prendre la bonne décision .


Quels regards vos collègues masculins portent –ils sur vous?

Mes collègues masculins ont un regard de motivation et d’encouragement à mon endroit. Dans l’ensemble, ils sont fiers de moi, comme je le suis à leur égard car sans eux je ne serai pas à ce niveau. Je me rappelle que l’un d’entre eux, notamment Maître Bakayoko m’appelait à mes débuts la Drogba des arbitres.

Combien de compétitions capitalisez-vous à l’internationale ?

J’ai participé ,ma carrière durant, à plusieurs compétitions au plan international. La première compétition que j’ai officié  c’était à -la Président”S Cup en 2017 au Maroc .Et cela a été rendu possible grâce à Dieu et avec l’aide de Maître Ouattara Ibrahim et Maître Anz, après avoir obtenue le titre international en novembre 2016 classée première dans ma promotion à Belle Côte .Et ce titre international, il faut le souligner ,c’est grâce au Président Bamba Cheick Daniel qui a permis à ce que le Séminaire International ait lieu en Côte d’Ivoire .J’ai également eu l’honneur de participer à la Finale du Grand Prix et de la compétition Mondiale par Équipe je fût recommandée par le Président Bamba Cheikh Daniel à Abidjan en 2017 . J’ai, par ailleurs, participé à la 1st Open G1 du Ghana ainsi qu’à la 1st Open G1 du Nigeria en Février 2019 .J’ai eu la chance d’arbitrer lors de la compétition Egypt Open G2 du 20 au 25 février 2019. En qualité d’arbitre internationale, j’ai aussi participé à l’Open de l APTAC ou Taekwondo Police à Abidjan en Avril 2019. Enfin ma dernière participation, reste le Championnat d’Afrique Senior G4 qui s’est tenu en Juin 2021 dernier à Dakar au Sénégal.

Quels sont vos  défis futurs?

Mon défi majeur,  comme tout bon sportif ,est que Dieu me permette de franchir le cap des jeux Olympiques.


Quels sont les défis auxquels vous êtes confronté au quotidien en tant que femme arbitre ?

C’est pas du tout évident pour une femme dans ce milieu. Ma doléance, vu que l’arbitrage au sein du Taekwondo ne nourrit pas son homme, je plaide pour l’obtention de sponsors et des partenariats, pourquoi pas des publicités. Ce qui pourrait donner un coup de pouce à ma carrière car les prix des billets sont coûteux. J’ai la motivation, la rage d’être excellente en représentant mon beau pays à l’International mais j’ai besoin de soutiens pour espérer être un jour sur l’échiquier des grands podiums.


 

Votre mot de fin

 

Je voudrais saisir votre micro pour traduire une infinie gratitude à l’Éternel Dieu, le créateur du ciel et de la terre à son Fils Jesus de Nazareth qui est et restera mon premier mentor, mon bouclier sans lui je ne serai pas à ce haut niveau. je remercie, par ailleurs, le Président Bamba Cheick Daniel Président de la Fédération Ivoirienne de Taekwondo par qui mon histoire d’arbitrage a vu le jour .Mes remerciements vont ,également à l’endroit de Maître Anz Secrétaire Général de la Fédération Ivoirienne de Taekwondo ( FITKD), des Maîtres Coulibaly Ibrahima ,celui qui a fait de moi un Taekwondo - In, à  Abouet Léa , Rasaki Tidiane , Bathily , Toe Adama, .Enfin je suis reconnaissante à la commission des arbitres, aux formateurs et Évaluateurs ,à la Ligue de Marcory , Stéphanie Tchibamda du groupe Conceptuel pour leur soutien.

 

Interview réalisée par Gooré Michel

 

goorémichel operanews-external@opera.com