Assalé Tiémoko :"Il faut que le retrait politique de Bédié, Gbagbo et Ouattara s'impose"

LouisCésarBANCE


Au cours de l'émission NCI 360 de ce dimanche 20 Juin 2021, le journaliste Assalé Tiémoko, se prononçant sur la réconciliation en Côte d'Ivoire, a laissé entendre que face à la menace terroriste, le pays a plus que jamais besoin de paisibilité, à défaut de quoi l'ennemi trouverait l'occasion d'installer ses bastions pour frapper. En sa qualité d'investigateur, il affirme que les informations sur sa table ne sont pas rassurantes et que nous gagnerions à travailler à la pacification de la nation plutôt qu'à aller dans les agitations. Il entend par agitation la perpétuelle course au pouvoir diligentée par les trois figures de proue de la scène politique, depuis 30 ans, à savoir Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara. Pour Assalé Tiémoko, les militants de Gbagbo ne conçoivent la réconciliation qu'en terme de la reprise du pouvoir du Woudi de Mama, ainsi que ceux de Bédié souhaitent également le voir tenir les rênes du pays tout comme les aficionados d'Ado préfèrent le maintien de leur Brave Tchê à la tête des institutions. "Le retrait politique de ces trois titans s'impose'', a-t-il réclamé avec verve.


Quant au député Dah Sansan du RHDP, présent sur le plateau au cours des échanges, il n'a pas partagé l'avis de l'opinion précédente, estimant que la passation à une autre génération devrait se faire dans la douceur, pas dans la radicalisation comme le recommande Assalé Tiémoko. Et Félix Bony, éditorialiste, de dire ceci à Dah Sansan : « Vous êtes plus âgé que Macron », comme pour lui signifier qu'il est temps qu'il se réveille.



Lasm Blaise, porte parole de la jeunesse du FPI, n'a pas partagé également l'avis d'Assalé Tiémoko. Il a déclaré que la solution aux problèmes de la Côte d'Ivoire ne se situe pas dans la mise à l'écart de Bédié, Ouattara et Gbagbo, mais qu'il faille instaurer un état de droit. "Nos militants sont emprisonnés pour délit d'opinion", a-t-il décrié.


Le professeur Dion Yodé est allé dans le sens d'Assalé Tiémoko, exigeant le retrait du trio Bédié Ado Gbagbo : « Si monsieur Gbagbo dit qu'il est candidat en 2025, y a toutes les chances que messieurs Bédié et Ouattara en fassent autant. Qu'est-ce qu'on veut nous donner encore en 2025, ce qu'on a déjà vécu là ? On nous dit que quand vous traversez une forêt et que vous voyez le même arbre deux fois, c'est que vous êtes perdu. Le monde change. Ça ne nous plaît pas qu'un président de 40 ans s'adresse à nos chefs d'État de 75 ans, 80 ans comme s'ils étaient des copains de classe ! » s'est-il exclamé.


Louis-César BANCÉ

LouisCésarBANCE contact@operanewshub.com

Opera News Olist