PDCI/Daoukro: Jérôme N’guessan (RHDP) a-t-il lâché Ouattara ? Il demande pardon à Bédié (PDCI)

Africanewsquick.net

N’guessan Koffi Jérôme, ex-membre du bureau politique du PDCI-RDA, parti au RHDP avec Kablan Duncan et autres Kouassi Adjoumani, Raymonde Gougou, Amedé Koffi Kouakou, veut-il revenir au PDCI ? Des regrets l’anime-t-il ? Il est allé demander pardon au président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA, à Daoukro, pour les actes qu’il a posés en 2018. Il avait traduit le PDCI-RDA en justice pour casser les décisions du Bureau politique du parti tenu le 17 juin 2018. Après donc l’audience qui lui a été accordée par le président du PDCI-RDA, ce jeudi 8 juillet à Daoukro, il s’est adressé à la presse pour justifier sa présence et ses actes, ce jour, à la résidence du Sphinx à Daoukro.

«Je suis passé voir ce matin le président Henri Konan Bédié pour le saluer et aussi lui demander pardon», affirme-t-il dès l’entame de sa déclaration.

Et d’expliquer le fond de sa visite: «Pardon parce que nous sommes dans la période de la réconciliation. Je fais partie de ceux qui pensent que les présidents Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara doivent se réconcilier et marcher ensemble.

Je suis celui qui avait intenté les procès au tribunal pour casser les décisions du Bureau politique du PDCI-RDA du 17 juin 2018 qui éloignaient le président Henri Konan Bédié du président Alassane Ouattara.

L’objectif de ces plaintes était tout simplement de faire en sorte que les deux présidents continuent de travailler ensemble. Ce n’était pas une manipulation», a expliqué Jérôme N’guessan.

Il continue pour justifier son action en justice contre son ancien parti en disant que «la seule voie qui s’offrait à nous, c’était de saisir le tribunal pour que les décisions qui séparaient les présidents Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara soient cassées et rien d’autre. La preuve, c’est que, avant d’aller au tribunal, j’ai écrit au président Henri Konan Bédié, j’ai même fait deux courriers. Un courrier qui a été déposé chez lui à la maison et un deuxième courrier, le même courrier, qui a été déposé au bureau du PDCI-RDA auprès de M. Porquet ici présent. Pour lui dire que je saisis le tribunal pour casser les décisions du bureau politique du 17 juin 2018 parce que des personnes étrangères qui n’étaient pas membres des instances étaient dans la salle du bureau politique, ont influencé les décisions du bureau politique et que c’est la même chose qui peut se passer au congrès pour que le président Henri Konan Bédié ne soit plus président du PDCI RDA. Si nous acceptions ça, au congrès, les mêmes personnes vont envoyer des personnes étrangères dans la salle pour que Henri Konan Bédié ne soit plus président du PDCI. Et que pour cela je vais saisir le tribunal pour casser les décisions de la réunion du 17 juin 2018.»

Présentant un document, il dira que «la preuve est là. J’ai saisi le président par écrit avant de partir. N’ayant pas eu de retour, j’ai cru être dans la bonne direction, parce que j’avais pensé que je pouvais être interpellé, alors que mes adversaires dans le parti n’ont pas transmis ce courrier au président Bédié, qui a pensé que c’était une action soutenue par le Chef de l’Etat, S.E Alassane Ouattara, que j’ai soutenu d’ailleurs quand il était ensemble encore avec le président Bédié où en 2016 j’avais demandé le troisième mandat.»

Poursuivant toujours dans son explication, il révèlera : «Et à la suite de ma demande au troisième mandat, le président Bédié m’a reçu ici le 8 mai 2018 avant le bureau politique et je lui ai expliqué pourquoi est-ce que je voulais le troisième mandat pour que la succession se passe dans la paix dans le RHDP, en mettant un vice-président PDCI auprès du président Alassane Ouattara pour que la succession se passe en douceur, sans difficultés et aussi pour prévenir les conflits au sein du RHDP qui regroupait le PDCI, l’UDPCI et tous les autres partis politiques. Et aujourd’hui, notre vœu c’est que les deux présidents, les présidents Bédié et Alassane Ouattara lavent leur linge sale en famille pour que nous puissions commencer à revoir ce que les deux présidents ont bâti ensemble. Quand on dit Alassane Ouattara a travaillé, mais il a travaillé parce qu’il a eu le soutien du président Bédié, qui lui a permis d’être président de la république à deux reprises.»

Concluant son propos, celui qui a traduit le PDCI-RDA en justice affirme : «Donc ce matin, nous sommes venus demander pardon au président Henri Konan Bédié avec preuve à l’appui que les procès intentés au tribunal pour casser les décisions du PDCI-RDA qui éloignaient le PDCI du RHDP n’étaient pas des actions orientées, mais une action pour prévenir les conflits entre Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara. Je demande pardon au président Henri Konan Bédié.»


Propos recueillis par KKJ, à Daoukro

Africanewsquick.net contact@operanewshub.com

Opera News Olist