France /Passe sanitaire: 80 000 personnes manifestent, des démissions et suspensions signalées

News Hub Creator

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté contre le passe sanitaire et l’obligation vaccinale contre la COVID-19.

Ils étaient selon lemonde.fr, de nouveau plusieurs dizaines de milliers à manifester en France, ce samedi 18 septembre 2021, contre la passe sanitaire. Pour le dixième week-end d’affilée, 180 rassemblements étaient prévus dans le pays.

Le confrère poursuit pour dire qu’à 18 heures, le ministère de l’intérieur avait recensé 80 000 manifestants, dont 6 100 à Paris, contre 121 000 manifestants samedi dernier et 140 000 la semaine précédente. Ils étaient 237 000 participants le 7 août 2021.

Dans les cortèges, les critiques contre l’obligation vaccinale, en vigueur pour plusieurs professions depuis le 15 septembre 2021, étaient nombreuses.

 « Je ne me suis pas fait vacciner, même pas en rêve, et j’ai démissionné » de la fonction publique, a par exemple déclaré à l’Agence France Presse (AFP) une aide-soignante d’Ile-de-France, dans une manifestation organisée à Paris à l’appel des « gilets jaunes ».

Récemment, le ministre de la santé, Olivier Véran, a annoncé que « quelque 3000 suspension » avaient été signifiées à des personnels de santé non vaccinés contre la COVID-19, après l’entrée en vigueur de l’obligation vaccinale, ajoute lemonde.fr.

Qui précise que ces manifestations ont eu lieu alors que le cap symbolique des 50 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin contre la pandémie a été atteint. Sur près de 58 millions de Français de plus de 12 ans éligibles, plus de 86 % ont reçu au moins une injection. Emmanuel Macron l’a lui-même annoncé, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, en affirmant : « Le vaccin sauve des vies, le virus tue, c’est simple. »

 Depuis le début de l’épidémie, 115 960 personnes sont mortes en France.

A Lyon, une manifestation a rassemblé ce samedi, environ un millier de personnes, selon la préfecture. Sur certaines pancartes, on lisait « Vaccinés contre les mensonges » ou « Stop, l’obligation vaccinale ! ». Les manifestants étaient 2 100 à Lille, selon la préfecture, 100 de plus que le samedi précédent, ou encore 1 200 à Metz, contre 1 500 la semaine dernière. A Pau, quelque 1 200 personnes ont manifesté, selon France Bleu, un chiffre en baisse depuis plusieurs semaines consécutives.

A Toulouse, ils étaient 1 500, selon la préfecture. Après une violente rixe la semaine dernière entre des manifestants et des militants d’extrême droite, des centaines de personnes ont scandé « Toulouse, Toulouse, antifa » dans le cortège ou « A bas l’Etat, les flics et les fachos ».

Parmi les milliers de manifestants à Montpellier – 3 000 selon la préfecture –, Josiane, 71 ans, retraitée commerciale, se revendiquait non vaccinée auprès de l’AFP : « J’avais toujours eu confiance en la médecine et dans les vaccins, a-t-elle dit. Mais, là, j’ai l’impression qu’il y a quelque chose de malsain que l’on ne maîtrise pas. On a autant d’informations contre le vaccin. On ne sait plus où on en est. J’ai perdu toute confiance. »

Dans le même temps, l’épidémie ralentit en France, selon les autorités. Emmanuel Macron s’est dit prêt, à « lever certaines contraintes » dans « les territoires où le virus circule moins vite ». Il n’a toutefois pas donné d’échéancier précis.

Le passe sanitaire est devenu obligatoire le 21 juillet dans les lieux accueillant plus de 50 personnes. Il a ensuite été étendu aux hôpitaux (sauf urgences), aux bars et restaurants, puis, le 30 août, aux 1,8 million salariés travaillant au contact du public. Le 30 septembre, il devrait être étendu à tous les adolescents de plus de 12 ans, qui en sont pour l’heure exemptés.

Nathanael Yao

News Hub Creator operanews-external@opera.com

Home -> Country