Tchad : l'armée déclare avoir tué 300 rebelles et capturé plus d'une centaine (images)

Fatogoma

Depuis le 11 avril, jour de l'élection présidentielle au Tchad, des combats opposant l'armée régulière aux rebelles du Front pour l'alternance et la concorde au Tchad (FACT) font rage. Ces combats au sol se sont intensifiés le samedi 17 avril, alors que les rebelles tentent de prendre la capitale N'Djamena. L'offensive a été lancée par les rebelles du FACT depuis leur base arrière, en Libye. Le weekend, les forces tchadiennes ont annoncé avoir tué plus de 300 éléments du groupe rebelle et d'en avoir capturé plus d'une centaine. Les images ont été présentées par les autorités tchadiennes.

Les affrontements "durs et âpres", selon des sources sécuritaires, auraient également coûté la vie à au moins cinq militaires dans les rangs de l'armée. Les affrontements sont toujours en cours, même si pour l'heure la capitale, où se trouve le cœur du pouvoir d'Idriss Deby Itno n'en ressent pas encore les effets, puisque les populations vaquent à leurs occupations. 

(Le président Idriss Deby)

Les rebelles tentent d'empêcher une réélection du président sortant, alors que ce dernier est déclaré vainqueur, avec plus de 79% des suffrages selon des résultats provisoires de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Au pouvoir depuis 31 ans, le Maréchal-président est en passe de briguer un sixième mandat à la tête du pays. 

Dans la journée du lundi, l'armée a déployé des chars et pris position à l'entrée de la capitale, au sud. Les États-Unis et la Grande Bretagne ont demandé à leurs citoyens de quitter le pays. Malgré l'arrestation d'un groupe d'assaillants, les FACT promettent la poursuite des combats.

Fatogoma operanews-external@opera.com