Culture d'hévéa : des défis à relever !

Lavieenabondance

La Côte d'Ivoire est le quatrième producteur mondial de caoutchouc naturel. Beaucoup d'efforts ont été faits pour en arriver là. Depuis quelques années, la Côte d'Ivoire fait des bonds extraordinaires sur la production du caoutchouc naturel. Cependant des défis restent à relever.

La filière hévéa rencontre des difficultés majeures. Notamment, les changements climatiques qui ont des effets néfastes sur la production du caoutchouc. Les saisons changent, les modes de culture changent aussi. Malgré cela, la Côte d'Ivoire affiche des chiffres records. Dans le même temps, les productions baissent en Asie du Sud-Est, a confié monsieur Eugène Kremien, président de L'APROMAC (Association des professionnels du caoutchouc naturel de Côte d'Ivoire) à RTI.

Dans le développement de ce secteur, les responsables ont pris en compte l'inclusivité, la durabilité et la protection de l'environnement. C'est une initiative appréciée par les plus grands spécialistes du monde.

L'hévéaculture en Côte d'Ivoire compte 7 planteurs industriels pour une superficie plantée de 50.000 hectares et des planteurs villageois. Ils sont au nombre de160.000 et exploitent 600.000 hectares. Des superficies plantées, seules 560 sont en production pour un volume de 950.000 tonnes de caoutchouc par an avec un rendement de 1,6 kg à l'hectare.

<< Ça fait une vingtaine d'années que nous supplantons le monde entier. Nous sommes devant les grands pays producteurs que sont la Malaisie, l'Indonésie, l'Inde et le Vietnam en termes de productivité. Et, nous attendons le maintenir >>, a indiqué monsieur Oumar N'diaye, directeur exécutif adjoint du FIRCA (Fonds interprofessionnel pour la recherche et le conseil agricoles).

Avec ces acquis, la Côte d'Ivoire affiche son ambition. << L'hévéa incarne cette Côte d'Ivoire nouvelle qui veut demain visiter et viser toujours plus haut pour presque doubler sa production de caoutchouc d'ici 2025 et porter son taux de transformation primaire à 100% tout en amplifiant radicalement celui de la transformation secondaire, seul vrai levier créateur de valeur ajoutée et de progrès de vie pour nos populations >>, a déclaré monsieur Patrick ACHI, premier ministre ivoirien lors du premier sommet mondial virtuel sur le caoutchouc.

Sur 350 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel, la Côte d'Ivoire ne capte même pas 1% de ce chiffre. Des efforts doivent être faits pour récolter plus de valeur ajoutée pour le pays. Le défi de la transformation reste donc à relever.


Source : RTI

Lavieenabondance operanews-external@opera.com

Opera News Olist
Home -> Country