Politique : pourquoi Laurent Gbagbo doit oublier le passé ?

DroneAKG

Après des années passées en dehors de la côte d'ivoire, le président Laurent Gbagbo est revenu en Côte d'Ivoire depuis le 17 juin dernier pour prendre sa place dans le processus de la réconciliation nationale. Quelques jours après son retour, il a demandé a connaitre l'auteur des 3000 morts de la crise poste électorale de 2010-2011. C'est normal puisque la cour pénale internationale (CPI ) a déclaré qu'il était innocent des faits qui l'opposaient au bureau du procureur, madame Fatou Bensouda.

Pourquoi Gbagbo devrait oublier le passé et reconstruire l'avenir ?

Dans le cadre de la réconciliation nationale, le président Laurent Gbagbo devrait oublier le passé afin de faciliter le chemin de la réconciliation nationale. Même si la cour pénale internationale (CPI) a jugé qu'il est innocent, il devrait pardonner à tous ceux qui ont œuvré pour son trasfert à la CPI.

Longtemps, les Gbagbo où Rien (GOR) l'attendaient pour jouer son rôle dans le processus de la réconciliation nationale. Dans les années précédentes, il avait été un acteur majeur dans le processus de la réconciliation nationale lorsque la côte d'ivoire était attaquée par l'équipe de la rébellion du 19 septembre 2002.

Actuellement, même s'il n'est pas aux affaires présidentielles, il peut toujours jouer son rôle d'homme d'acteurs de paix et de réconciliation nationale en posant des actions qui surpassent sa personnalité politique. Comme il le disait dans l'un de ces discours, les intérêts de la nation devraient passer avant nos propres intérêts.

Avec la rencontre du président Henri Konan Bédié à Daoukro, les portes peuvent s'ouvrir pour la réconciliation nationale. La réconciliation nationale doit commencer par les trois leaders de la politique ivoirienne ( Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié et Alassane Dramane Ouattara). Une fois les trois réconciliés, les ivoiriens trouveront le véritable chemin qui mène vers la réconciliation nationale.

DroneAKG operanews-external@opera.com