Anyama/Pénurie d'eau: les populations de Belleville appellent le gouvernement au secours

Ken-Wat

Une longue file d'attente. Des centaines de bidons de 25 litres alignés. Un défilé des tricycles qui vendent leurs charges (des bidons d'eau) aux demandeurs. Des visages crispés sous un soleil de plomb. C'est pourtant l'heure de la prière des musulmans. Il est 13h.

Voici le spectacle désolant qu'offre le quartier Belleville de la commune d'Anyama. Après renseignements, nous apprenons que le liquide précieux se fait rare dans les environs. "On peut faire deux à trois semaines, voire un mois sans avoir de l'eau dans nos robinets", dit une femme à un point d'eau où elle dit être venue depuis 6 heures . Et de poursuivre: "Cette situation dure depuis des années. Dans tout le secteur ici, c'est pareil", nous informe cette ménagère visiblement inquiète.

Pour alléger la souffrances de ces habitants, une bonne volonté en la personne de l'imam Sanogo, propriétaire d'une mosquée, a construit un forage qui alimente de nombreux habitants de ce quartier. Où chaque matin ils viennent se ravitailler en eau.

Souvent pour exprimer leur ras-le-bol face à cette situation précaire, les femmes organisent des marches afin, disent-elles, d'interpeller les autorités municipales sur cet état de faits. Mais ces appels et marches tombent sur le mutisme du Maire Amidou Sylla et ses collaborateurs, qui ne font rien pour changer la situation. Même le reportage de RTI 2 n'y a rien fait.

Et les femmes ne peuvent que se remettre au président de la République pour leur redonner le sourire avec le liquide précieux dont l'absence en rajoute à leurs souffrances.

Espérons que le cri du cœur de ces populations sera entendu. En attendant, l'eau est un trésor inestimable à Belleville !

Ken-Wat contact@operanewshub.com