Bac 2021/un enseignant prévient: attention au zèle de certains présidents de jury dans les centres

RichardToty

Selon le calendrier de l'année scolaire 2020-2021, les épreuves écrites de l'examen du baccalauréat général doivent débuter demain lundi 05 juillet 2021 pour prendre fin le vendredi 09 juillet 2021.

À l'instar des années passées, les présidents des centres de composition sont des professeurs des universités et donc des personnes étrangères aux différents centres de composition qui les accueilleront.

Par expérience et dans une dynamique de faire en sorte que ces écrits se déroulent dans un tempo paisible avec des présidents de jury qui doivent avoir en idée qu'ils ont en face d'eux des collaborateurs pour la bonne tenue de l'examen et non des parvenus encore moins des subalternes qu'ils faudra à tout moment piétiner pour imposer sa supériorité, monsieur A. P. , professeur des lettres des lycées de Côte d'Ivoire prévient:

attention au zèle des présidents de jury dans les centres du Baccalauréat, car nous sommes des collaborateurs.

Si l'on veut des examens propres, il faut commencer par créer un environnement de respect, de convivialité, de confiance entre tous les participants. En effet, la plupart des présidents de jury au baccalauréat sont nos maîtres de qui nous avons reçu l'enseignement dans les facs et cela devrait être une occasion de retrouvailles afin de travailler à la réussite de l'examen du baccalauréat. Malheureusement ce n'est toujours pas le cas. Voilà que nombre de nos maîtres arrivant dans les centres d'examen se transforment très souvent en super patron, voyant le diable presque partout. On instaure souvent un mur de glace, toujours prêt à tarabuster les membres du secrétariat et les surveillants pour la petite faute. La rigueur oui! On est le chef oui! Mais on est en même temps collaborateurs des autres pour le même objectif, nous a confié monsieur A. P

Pour terminer son plaidoyer, il nous laisse entendre qu'il n'oublie pas le risque que prennent aussi les enseignants dans les secrétariats du baccalauréat et dans les salles en tant que surveillants pour des des sommes insignifiantes que d'ailleurs l'État n'a pas toujours l'envie de payer et cela exposera à coup sûr à des désertions.

Toutefois, pour lui , on peut créer une atmosphère de confiance qui conduise à un travail bien fait sans pour autant rugir à tout moment.


RichardToty

RichardToty contact@operanewshub.com