Lille : Yilmaz est venu, a vu et a vaincu !

Zeusscommunication

Arrivé libre en provenance de Besiktas, Burak Yilmaz a été un des principaux artisans du sacre de Lille. Sa hargne, sa grinta et son talent devant le but ont permis aux Dogues d'aller chercher un titre largement mérité.

«Ne vous inquiétez pas, on sera champions. Ne vous inquiétez pas. On sera champions ! Vous êtes des chiens de combat ! Ne vous inquiétez pas ! On sera champions la semaine prochaine. Ne vous inquiétez pas. Vous verrez, on sera champions la semaine prochaine. Vous verrez ! Contre n'importe qui ! Vous verrez.»

A l'issue du match nul contre Saint-Étienne (0-0), il y a une semaine, Burak Yilmaz (35 ans) annonçait la couleur à ses partenaires dans les couloirs du Stade Pierre-Mauroy. Une prédiction souhaitée et réalisée par l'attaquant turc, qui pour sa première saison en France, a mené Lille vers son quatrième titre de champion.

Si le collectif lillois, mené par Christophe Galtier, a été uni et indivisible, Yilmaz peut largement être considéré comme celui qui a fait la bascule. Arrivé libre en provenance de Besiktas, celui qui n'a connu qu'une seule expérience à l'étranger, au Beijing Guoan, en 2016-2017, a déjoué tous les pronostics. Non seulement, il a fait mieux que Loïc Rémy, celui qu'il était censé remplacer dans l'effectif nordiste, mais en plus, il a pris le leadership et volé la vedette à Jonathan David, qui après un démarrage très poussif, a doucement mais sûrement fait oublier Victor Osimhen.

Véritable guerrier, chien affamé sur le terrain, le buteur turc n'avait qu'un objectif en tête, celui de gagner et de se prouver qu'il restait un joueur à part. Ses 16 buts et 5 passes décisives en 28 sorties en Ligue 1 sont là pour le prouver. Alors qu'une blessure au mollet l'a privé de deux mois de compétition au début de l'année 2021, il est parfaitement revenu pour porter les Dogues dans la dernière ligne droite, avec notamment deux partitions géniales à Lyon (2-3), le 24 avril, et Lens (0-3), le 7 mai, où il a inscrit deux doublés pour mettre définitivement le LOSC sur les bons rails.

Et maintenant ? Pour Yilmaz, ce ne sera que du bonus. Lui qui se nourrit de la pression et des grands challenges va pouvoir retrouver la Ligue des Champions avec le club français. Forcément déçu par l'élimination de la Ligue Europa contre l'Ajax (1-2, 1-2), alors qu'il n'a pas pu disputer ce 16e de finale pour cause de blessure, le capitaine de la sélection turque, à qui il reste une année de contrat, va puiser dans cet échec pour permettre à son équipe de franchir un cap sur la scène européenne. Une mission excitante pour celui qui peut déjà être considéré comme une légende dans le Nord.

Qu'avez-vous pensé de la saison de Yilmaz avec Lille ? N'hésitez pas à réagir et à débattre en commentaire.

Zeusscommunication operanews-external@opera.com