62 ans d’indépendance: Bédié accuse 20 ans d’incompréhensions, de divisions et de luttes fratricides

News Hub Creator

Le Président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA et ancien Président de la République de Côte d’Ivoire, comme chaque avant-veille de la célébration de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, s’est adressé, vendredi 5 août 2022, à ses compatriotes pour non seulement leur souhaiter une bonne fête, mais aussi les amener à revisiter ensemble les chantiers du pays qui pourront booster son développement harmonieux dans tous les domaines et secteurs.

Parlant du dialogue politique, il dira que «nous pouvons ensemble imprimer un nouveau cours à notre destin commun, changer le cours de notre Histoire.  C’est ma foi en une Côte d’Ivoire réconciliée avec elle-même, une Côte d’Ivoire d’espoir retrouvé qui m’a conduit à rencontrer le Président Alassane OUATTARA le 11 novembre 2020 et à répondre à son invitation le 14 juillet dernier en compagnie du Président Laurent GBAGBO». 

Selon lui, «cette importante rencontre était attendue par tous et par l’ensemble des partenaires de notre pays. Elle se dédiait à l’examen des voies et moyens d’apaiser le climat sociopolitique, de mettre en place un cadre juridique et institutionnel consensuel pour des élections démocratiques basées sur un scrutin juste, équitable et apaisé. Toutes choses qui confinent à rechercher les solutions d’une paix et d’une réconciliation durables. Il s’agissait d’ouvrir une nouvelle voie pour entamer notre marche commune vers le renouveau de notre nation.» 

Ainsi, poursuit-il, «l’offre de travailler ensemble, dans la fraternité et la confiance faite par le Président Alassane Ouattara devrait marquer le nouvel âge de la maturité politique de notre pays. Nous avons aussi insisté sur tout ce qui est nécessaire au renforcement de la réconciliation et de la cohésion sociale avec l’organisation d’assises nationales pour traiter courageusement les sujets d’intérêt national.»

Pour fermer la parenthèse du dialogue politique entre les 3 grands, Henri Konan Bédié montrera le chemin de la réussite en ces termes : «C’est ensemble et seulement ensemble que nous pourrons relever les grands défis d’aujourd’hui et de demain. C’est ensemble, dans une démocratie fondée sur des procédures consensuelles, que nous pourrons organiser des élections crédibles, sans violences, sans dégâts.»

Mais avant d’aborder la parenthèse du dialogue politique, il n’a pas manqué de rendre hommage aux pionniers dont la lutte et autres sacrifices ont abouti à l’indépendance, le 7 août 1960.

«Nous n’aurons jamais de cesse d’honorer nos pionniers, ces fils et filles de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique qui ont contribué, par leurs sacrifices et leurs engagements quasi sacerdotaux, à bâtir notre beau pays dans la vraie fraternité. Il est toujours bon de se rappeler que, sous leur impulsion, notre pays a connu, quarante ans durant, une prospérité exemplaire, un développement économique et humain qui a fait prendre à la Côte d’Ivoire une avance très remarquée sur certains « dragons » de l’Asie du sud-est qu’on donne aujourd’hui comme modèles en matière d’émergence économique.

Plus de vingt ans d’incompréhensions, de divisions et de luttes politiques fratricides menacent de détruire les fondements et les acquis du bond que nous avions accompli. L’unité de la nation s’est profondément fissurée et notre peuple est devenu exsangue. Les valeurs fondatrices qui constituaient le socle de la nation par la discipline, le travail dans l’union pour créer la vraie richesse, se sont effondrées dans nos écoles, dans nos villages et villes, dans l’administration ainsi que dans de nombreux secteurs d’activités», a-t-il rendu hommage à Félix Houphouët-Boigny et à ses compagnons de lutte pour sortir la Côte d’Ivoire du joug colonial.

Pour le N°1 du PDCI-RDA, 5 problèmes cruciaux sont à résoudre impérativement. Il les a listés en ces termes : «C’est ensemble que nous résoudrons de manière durable tous les problèmes vitaux qui se posent quotidiennement à nos populations et qui sont, entre autres :

• le chômage des jeunes, la pauvreté de nos populations dont le taux est estimé aujourd’hui à plus de 60% ;

• le faible niveau de production agricole qui contribue fortement à l’augmentation des coûts de la vie dans un contexte de crise internationale ;

• le faible niveau de revenu réel des producteurs de matières premières dont, notamment, le cacao et l’anacarde ;

• les problèmes du foncier rural et de l’immigration ;

• la préservation de nos eaux et forêts face à la montée en puissance de l’orpaillage sauvage… »

Pour conclure son adresse à ses compatriotes, il dira que «notre dialogue doit être désormais productif pour renforcer la paix et reconstruire la cohésion entre toutes les communautés qui forment notre belle nation.»

Gilles Richard OMAEL

 

News Hub Creator contact@operanewshub.com

Home -> Country