Affaire Bocanda est sorcier : "Si le maire connaissait son peuple, il n'aurait pas agi ainsi"

Ivoir'Soir.net

Le journal Le Nouveau Réveil, proche du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) s’insurge contre les propos du maire issu du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), de Bocanda, Kramo Kouassi. Ce dernier a traité ceux qui n’ont pas porté le choix sur lui aux législatives, de sorciers.

Dans cette publication, Nouveau Réveil analyse le discours du maire Kouassi Kramo devant ses parents de Bocanda tout en invoquant les raisons qui pourraient justifier une telle attitude. Il ressort que le maire, dans cette sortie de route, a voulu passer un message qu'il n'a pas su rendre. Soit parce qu'il n'a pas choisi l'endroit et moment indiqué. Soit le maire Kouassi Kramo a profité de cette occasion de rencontre pour détourner le regard de ses parents sur le vrai mal de Bocanda.

En effet, selon, le journal les deux (2) idées sont à retenir des injures gratuites du maire Kramo Kouassi de Bocanda en présence de son aîné, le secrétaire d'État en charge du Logement social, Koffi N'guessan Lataille par ailleurs président du Conseil régional du N'zi. La première et la plus importante, c'est l'échec de deux (2) acteurs de développement du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) de Bocanda et de la région.

« Le maire Kramo Kouassi insulte ses parents de Bocanda simplement parce qu'ils n'ont pas voté pour le RHDP et donc ont tourné le dos au développement que le gouvernement pourrait semble-t-il apporter à la population. L'autre idée, supposée par Nouveau Réveil, c'est que en se lançant dans cet exercice, il a démontré qu'il ne connait pas le peuple Baoulé, de même que ses propres parents. « Bocanda a sanctionné le PDCI-RDA, son parti aux élections municipales. Et le ciel n'est pas tombé. Kouamé Kouakou Lacina, l'ex-maire PDCI-RDA n'a insulté personne », rappelle le journal. « Si le maire Kramo Kouassi connait vraiment son peuple, il n'aurait pas agi ainsi. Beaucoup de cadres comme lui ont encore la tête et les pieds dans le modernisme », a déclaré le journal.

Pour rappel, Kramo Kouassi, dans une vidéo abondamment reprise sur les réseaux sociaux, déclaré : « Nous avions, à cette occasion, posé la question à toutes les assistances auxquelles nous avions eu affaire s'ils avaient choisi que notre seul ambassadeur à l'équipe gouvernementale continue sa mission ou qu'il s'arrête. Et comme vous avez posé cette question on vous a répondu qu'il fallait qu'il poursuive sa mission et on vous a répondu avec enthousiasme ».

Ajoutant : « Et nous avions répondu que ce faisant, ils avaient raison, c'était juste de répondre ainsi et nous ajoutions que si la réponse à cette question était très très hypocrite, alors nous étions sorciers. Aujourd’hui dans les résultats, nous nous sommes rendu compte que Bocanda est sorcier. Bocanda a choisi de s’auto-flageller. Bocanda a choisi de se tirer une balle dans le pied ». Une déclaration qui a soulevé la colère de certains cadres, comme Claude Daniel Djà Konan qui ont rappelé au maire candidat malheureux qu’il n’avait pas le droit de traiter plus de 12 000 électeurs qui avaient refusé de voter pour lui (contre à peine 5000 pour lui et Lataille) de sorciers.

Ivoir'Soir.net operanews-external@opera.com