La marine nationale ivoirienne : une puissante force de frappe

News Hub Creator

La Marine nationale ivoirienne est la composante navale (navires de guerre) et l'une des quatre composantes des Forces armées de Côte d'Ivoire.

La marine de Côte d'Ivoire est chargée de la surveillance de ses 515 km de côtes. Elle a des bases à Abidjan, San Pédro et Adiaké. Sa flotte se compose de plus d'une vingtaine de bâtiments de tous types. Sa devise est : « De la terre à la mer toujours servir et défendre »

La marine nationale a, entre autres, une mission de défense, de service public, de police de navigation, de protection des installations offshores,d'assurer la sauvegarde, la protection et la sécurité des approches maritimes du territoire national, maîtriser les risques liés à l’activité maritime (accidents de mer, pollution, souveraineté, etc.) et lutter contre les activités illicites en mer (terrorisme, narcotrafic, piraterie, transports illicites de migrants…).

La Marine Ivoirienne est constituée :

* du Centre opérationnel de la marine (COM) :

Sous les ordres du Commandant en second de la marine, il a pour rôle: l'organisation, de la préparation, de l'emploi de ses forces et des moyens navals ainsi que de leur programmation.

Pour les opérations militaires, les forces maritimes, comme l'ensemble des forces armées, sont sous le commandement opérationnel du chef d'état-major des armées (CEMA). Le chef d'état-major de la Marine (CEMM) est le conseiller du CEMA pour l'emploi des moyens navals.

* du service technique des armes de la Marine (STAM)

* de la flottille lagunaire

* du centre d’instruction navale

* des unités navigantes de la marine nationale :

Ce sont les équipages des bâtiments de la marine.

* des Fusiliers Marins Commando (FUMACO);

Ce sont les Forces spéciales de la marine ivoirienne. Elles sont stationnées sur toutes les bases de la marine ivoirienne.

Les missions des FUMACO en tout temps :

* Protection et défense des installations de la marine et des zones militaires sensibles,

* Inspection des navires suspects à partir des bâtiments de la marine,

* Opérations spéciales terrestre, maritimes et aéroportées (Sabotage, Observation, Reconnaissance, etc.)


 Le mercredi 09 septembre 2020, à la Base Lagunaire d’Adiaké, la Marine nationale a mis fin à la formation de 200 recrues fraichement affectées dans le cadre du processus de renforcement des effectifs des Forces Armées de Côte d’Ivoire.

Après la formation initiale à l’armée de terre, la Marine nationale a procédé naturellement en son sein aux manœuvres de prise en main, suivie du cours de Formation militaire maritime. Ce qui consacre désormais, la pleine appartenance au corps des marins militaires ivoiriens, de ces 200 stagiaires qui viennent renforcer l’effectif du Groupement des Fusiliers Marins Commandos (GFUSCO) au nom de la loi de programmation militaire. De quoi arracher un sourire au capitaine de vaisseau Palé Djiami commandant du GFUSCO.

Administrée par le Centre de Formation naval (CFN), cette 44èmepromotion du CFMM a duré trois mois dans les locaux de la base lagunaire d’Adiaké. Cette base de la Marine nationale commandé par le capitaine de corvette EDDIE Mindi, a pour mission de sécuriser les plans d’eaux lagunaires couvrant le département d’Adiaké jusqu’à la frontière maritime Est.

Quant au Centre de Formation naval (CFN), basé à Abidjan (Attécoubé) est un centre d’initiation de formation et d’adaptation aux métiers de la mer de l’état-major de la marine nationale. Le contre-amiral Nguessan Kouamé Célestin a mis à profit cette cérémonie de sortie des nouveaux marins pour souligner le choix pour ces jeunes gens d’embrasser la carrière de marins militaires. « Sachez qu’il a trois catégories d’hommes : les vivants, les morts et la catégorie des marins qui prennent la mer. Expliquez bien à vos parents les contraintes particulières du métier du marin. En mer, il n’y a pas de Facebook, pas de WhatsApp, ni de possibilités de contourner pour éviter le travail. C’est également la cohésion le travail et la discipline », a indiqué le premier marin militaire ivoirien avant de souhaiter belle carrière à ses nouveaux marins.


Quant aux commandants de la Base lagunaire et du Centre de Formation Naval, l’essentiel des rudiments nécessaires a été inculqué à ces stagiaires et dénote un apport en sang neuf à certaines unités. « La formation n’est pas finie », avertissait le capitaine de corvette Guié M Ghislain commandant le CFN.

Selon lui, elle ne fait que commencer et le CFN en a plus d’un programme de renforcement de capacités dans toutes les catégories à faire valider par la hiérarchie, pour une Marine nationale beaucoup plus performante et apte à mieux servir quel que soit la situation.

News Hub Creator contact@operanewshub.com

Home -> Country