Santé publique / l’hémophilie : le nouveau Ministre de la Santé appelé au secours !

Manibest

À l’occasion de la journée mondiale de lutte contre l’hémophilie, célébrée le 17 avril dernier, le président de l’ONG international, Hémophilie et autres maladies de la coagulation du sang (IHMS), monsieur Moïse Koffi N’dri, a lancé un appel pressant au nouveau ministre pour une prise une prise en charge totale des malades, car à ce jour, une centaine de malades sont pris en charge pour un effectif de 2500 cas.

En attendant une politique nationale de prise en charge totale des malades, le président de l’ONG propose la mise en place d’une politique de campagnes nationale de sensibilisation et le dépistage précoce et systématique par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) à travers le pays. Cette politique de proximité aura l’avantage d’éveiller la conscience des parents, mais aussi d’enregistrer les malades non déclarés. Le renforcement des capacités des agents de santé figure au nombre de leurs propositions.

Pour une meilleure insertion sociale, le président sollicite des fauteuils roulants et de béquilles pour les malades.

Le thème de cette année « s’adapter au changement maintenant : perdurer la prise en charge dans un nouveau monde » a été animé par Dr Sanogo Ibrahima, Chef de l’unité de dermatologie au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Cocody. Il ressort de son exposé que les statistiques disponibles donnent 0,8 cas /1000, soit 2500 malades. Malheureusement, une centaine de ces malades bénéficie d’une prise en charge.

L’hémophilie, faut-il le rappeler, est une maladie hémorragique génétique ; il est caractérisé par une anomalie du processus de coagulation du sang. Les conséquences sont énormes, car lorsque le sang ne coagule pas correctement, l’hémorragie interne ou externe est excessive en cas de blessure ou de lésion. Le traitement consiste en des injections de plasma ou d’un facteur de coagulation.

 

 

Manibest contact@operanewshub.com