Politique / CIV : quelles opportunités pour les unions d'enseignants des partis politiques ?

yakouser

En Côte d'Ivoire, les fonctionnaires ont des droits. Et parmi ces droits, il y a la liberté d'opinion. Du coup, tous les fonctionnaires sont libres d'adhérer aux différents groupements et partis politiques pourvu qu'ils ne confondent pas les choses. Les enseignants faisant parti de ces fonctionnaires ont eux aussi cette liberté d'appartenir aux partis politiques. Mais la particularité des enseignants, c'est qu'ils ont créé des unions d'enseignants des partis politiques. Ainsi nous avons la très célèbre UE RHDP ( union des enseignants du RHDP), l'UE UDPCI (Unions des enseignants de l'UDPCI), UE PDCI (Union des enseignants du PDCI)... Certainement que ces unions d'enseignants ont leurs idéaux et leurs buts, mais quant aux apports à la corporation des enseignants, quelles opportunités ont-elles ? Qu'apportent-elles concrètement aux enseignants du point de vu du bien-être de la corporation ?

Nous nous souvenons d'une grève d'enseignants où un responsable du RHDP a publiquement demandé aux membres de l'UE RHDP de se désolidariser des grévistes. N'est-ce pas une façon de se tirer une balle dans le pied en parlant des enseignants ? Car si tant est que les grèves ont pour but de revendiquer en vue de défendre ses intérêts et améliorer le bien-être d'une corporation, pourquoi une partie de cette corporation doit-elle se désolidariser ?

A vrai dire, ces unions d'enseignants des partis politiques sont à notre avis une incongruité qui n'arrange pas la grande famille des enseignants en général.

yakouser contact@operanewshub.com