Affaire Balla Keita : "Nous savons ce que vous complotez", la phrase choc de Boga Doudou au Burkina

News Hub Creator

Dans son enquête exclusive sur l’assassinat au Burkina Faso, de l’ancien puissant ministre de Félix Houphouët-Boigny, Balla Kéita, le journal d’investigation Ivoir’Hebdo a dévoilé cette semaine, le contenu d’un échange entre le défunt ministre de l’Intérieur de Laurent Gbagbo, Me Emile Boga Doudou et l’ambassadeur du Burkina Faso en Côte d’Ivoire d’alors.

Le journal révèle que l'assassinat de Balla Kéita est intervenu dans un contexte de tension entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso.

Cette tension, "a été alimentée par un accès de violences xénophobes, visant une partie de la communauté burkinabè à Abidjan, en marge des élections législatives de décembre 2000, marquées par l’exclusion de la candidature d’Alassane Ouattara, à la députation à Kong, puis par l’échec du complot de la Mercedes noire, la fameuse colonne de voitures venue du Nord, début 2001", dévoile le journal.

Cette tension entre les deux Etats a été marquée par la convocation de l’ambassadeur du Burkina Faso d’alors, Emile Ilboudo, par le ministre ivoirien de l'Intérieur, Emile Boga Doudou (tué le 19 septembre 2002, lors du coup d’Etat mué en rébellion de Guillaume Soro).

"Les propos que celui-ci a tenus, ont été éventés par des médias burkinabè et non démentis par les deux Etats", dévoile le journal, qui consacre depuis plusieurs semaines, ses colonnes à élucider le crime jamais élucidé.

« Nous savons tout ce que vous complotez. Pourquoi vous nous en voulez tant ? Les IB ont des passeports diplomatiques burkinabé et même de plusieurs pays. Nous savons tout ce qu’ils font à Ouagadougou, nous connaissons tous leurs déplacements, leurs pseudonymes. Nous avons des gens qui les suivent 24 heures sur 24", a laissé entendre Boga Doudou à Emile Ilboudo, l'ambassadeur de Blaise Comparé, selon le journal.

Ivoir'Hebdo indique que les « refondateurs » de Laurent Gbagbo reprochaient au gouvernement du CDP de Blaise Compaoré, d’être derrière des actions subversives (notamment, par l’intermédiaire de la bande à IB, qui était en exil à Ouagadougou, sous l’œil tolérant du pouvoir) en Côte d’Ivoire et d’être de connivence avec Alassane Ouattara.

"De son côté, le gouvernement de Blaise Compaoré accusait les autorités ivoiriennes d’alimenter des actions xénophobes visant des Burkinabè en Côte d’Ivoire", souligne le journal. C'est dans ce contexte qu'est survenu le crime.

News Hub Creator contact@operanewshub.com

Opera News Olist
Home -> Country