Politique : après sa condamnation à vie, le mutisme de Guillaume Soro intrigue !

ThéodoreKoffiSinzé

Le débat politique actuel est comme amputé d’une voix qui porte. Celle de Guillaume Kigbafori Soro. L’ancien président de l’Assemblée nationale ne s’exprime plus ou si peu, depuis de longs moments. Que cache ce mutisme volontaire ?

Entre Alassane Ouattara (à gauche) et Guillaume Soro, quelque chose que se passe-t-il ? (Photo montage: T. Sinzé)

Le leader de Générations et peuples solidaires (Gps), mouvement politique dissout par le tribunal criminel a-t-il "abdiqué", après sa condamnation à vie et la condamnation à de lourdes peines de prison pour ses principaux lieutenants, le mercredi 23 juin 2021 ?

On est bien loin en effet aujourd’hui des « crush partys» très médiatisés organisés à travers toute l’Europe. Guillaume Soro, en plus de ces tournées, faisait des vidéos où il fustigeait, en des termes très crus, la gestion du pouvoir du régime Alassane Ouattara. Depuis sa condamnation par contumace, pour « atteinte à la sûreté de l’État » et le mandat d’arrêt international lancé contre lui par le Procureur de la République, Richard Christophe Adou, l’ancien président de l’Assemblée nationale et ancien Premier ministre s’est fait tout discret.

L’ancien leader estudiantin craindrait-il l’exécution de ce mandat d’arrêt international qui permettrait son rapatriement, manu militari, pour être livré pieds et poings liés au régime du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) qui est à ses trousses ?Alain Lobognon, dans le rôle de "l'entremetteur"

La bonne réponse pourrait être déduite de l’attitude et des actes de l’ancien ministre des Sports et Loisirs, d’Alan Lobognon, lui-aussi très proche de Guillaume Soro. Après sa sortie de prison, l’ancien député de Fresco déclarait qu’il se mettrait en mission de médiation entre le Président de la République, Alassane Ouattara et Guillaume Soro, brouillés suite au refus de celui-ci d’intégrer le Rhdp et surtout son refus de renoncer à toute velléité de candidature à la présidentielle de 2020.

Comme par hasard, juste avant le procès des cadres de Gps, l’ancien député de Fresco, depuis la prison d’Agboville, annonçait sa démission, le 13 mai 2021 du Mouvement pour la promotion des valeurs nouvelles de Côte d’Ivoire (MVCI), l’une des composantes de Gps. La décision de mettre fin à la participation de l’ancien député à toutes activités de ce parti membre de Gps a été signifié par courrier de son porte-parole, Jean Paul Beugrefoh au secrétaire général, le Dr Louis Ouattara.

Comme par hasard, les chefs d’accusation, en ce qui concernant l’ancien ministre des Sports et Loisirs ont été allégées. Plus de poursuites pour complot contre l’État, ni de possession d’armes de guerre sans y être habilité, mais simplement « divulgation de nouvelles fausses et trouble à l’ordre public ». Et enfin, comme par hasard, Alain Lobognon a écopé de la peine de prison amicale de 17 mois fermes qui était déjà largement couverte par près de deux ans de détention préventive. Cette peine de prison équivalait en définitive, à une libération aménagée !

Cette triste image des proches de Soro dans le box des accusés, bientôt un triste souvenir?

Et si la clé pour comprendre le mutisme de Guillaume se trouvait là ? Dans toute négociation politique, l’essentiel des tractations se fait dans la discrétion, dans l’obscurité la plus opaque et à l’abri des oreilles indiscrètes. Et les protagonistes évitent d’adopter des postures ou de faire des déclarations intempestives qui pourraient être préjudiciables. Est-ce le cas actuellement de Soro? On le saura bientôt !

En tout état de cause, il est souhaitable pour une paix durable en Côte d’Ivoire que de telles démarches existent réellement, compte tenu du poids politique de l’ancien président de l’Assemblée nationale et de son rôle dans la crise politique qui perdure.

Théodore Sinzé

 

 

 

ThéodoreKoffiSinzé contact@operanewshub.com