Un an après son décès, Korhogo est entrain de réaliser le "plus grand rêve d'Amadou Gon Coulibaly"

Negrowski

Un an après le décès d'Amadou Gon Coulibaly, Korhogo n'entend pas ralentir son développement et est entrain de réaliser l'un des plus grands rêves de son illustre fils: voir sa ville s'imposer dans la hiérarchie des villes qui comptent en Côte d'Ivoire.


Selon un proverbe Koulango, « le meilleur héritage que nous laissent nos disparus, c'est leur place dans nos mémoires ».

Le défunt premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly aimait Korhogo de tout son cœur. Cela n'est plus à démontrer tant toutes ses actions allaient dans le sens du développement de cette ville qui lui est chère. Un an après un décès que rien ne laissait présager (08 juillet 2020), Korhogo poursuit le rêve de l'un de ses dignes fils: devenir plus que jamais l'une des villes les plus importantes du pays. Et ce pari, Amadou Gon Coulibaly semble l'avoir réussi. La ville vit et grandit sans oublier son apport qui aura été capital.


« La mort n'arrête pas la vie », a-t-on coutume de dire. Les hôtels, les restaurants, les infrastructures routières continuent de voir le jour dans la cité du Poro. Au quartier « Résidentiel », près du mont Korhogo et au quartier « Ali Kader » non loin de l'université par exemple, des hôtels « 5 étoiles » sont en chantier pour accueillir la CAN 2023 dont une partie aura lieu dans cette ville capitale pour l'économie du pays. Ajouter à cela, le stade en construction s'inscrit dans une dynamique que rien ne semble pouvoir arrêter.

[© Crédit: Hôtel Mont Korhogo]

Les investisseurs affluent dans la ville alors que certains, de mauvaise foi peut-être, voyaient dans le départ de l'ex Premier Ministre un bon coup de frein au rayonnement de la ville.

[© Crédit : Josias Kacou]


Sur le plan culturel également, la ville ne s'en porte que mieux. Le tourisme connait un nouveau souffle puisqu'il faut l'avouer, les obsèques organisées en l'honneur du protégé d'Alassane Ouattara avaient fait découvrir la ville à plusieurs personnalités qui ont promis de revenir. Également, certaines activités culturelles sont surtout organisées et animées par des jeunes qui s'inspirent du parcours de leur mentor comme c'est le cas pour une jeune étudiante, Haudrey Konan, et de son équipe qui, le 18 juin dernier, organisaient un festival dénommé FELYCO (Festival des Lycées et Collèges) et dédié aux élèves « qui aspirent à devenir le prochain Amadou Gon Coulibaly ». Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres qui prouve l'héritage laissé par l'homme.

Pour l'anniversaire de ce décès, la ville de Korhogo s'organise pour rendre un vibrant hommage au "Lion".



© Negrowski

Cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater...

Negrowski contact@operanewshub.com