Il est temps d'exiger le retrait de Gbagbo, Ado, et Bedié de la scène politique ivoirienne

BemaAboubacarCoulibaly

Depuis plus de 30 ans, trois figures de la scène politique ivoirienne continuent de prendre en otage le peuple ivoirien. Il est temps, grand temps, eu égard l'environnement sociopolitique actuel de mettre fin à cette prise d'otage en exigeant le retrait de la scène politique des anciens présidents Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo et leur successeur Alassane Ouattara.

Pour beaucoup, la tranquillité en Côte d'Ivoire est fortement liée à la démarche politique de trois leaders politiques traditionnels que sont Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo. Pour autant, d'autres personnes demandent qu'ils soient simplement retirés de la scène politique ivoirienne en leur disant au-revoir pour service rendu à la nation. Si l'on ne peut exiger leur retrait de la vie politique, une démarche démocratique le permet aisément : un projet de loi portant révision de la constitution pour réinscrire la limitation de l'âge pour être candidat à la présidentielle à un âge bien déterminé, tout au plus 75 ans, de sorte à éliminer tous les trois leaders traditionnels.

En Côte d'Ivoire, en dépit même des autres difficultés que vivent au quotidien les populations ivoiriennes, seule la question politique cristallise toutes les attentions. La vie devient de plus en plus chère, l'insécurité va grandissante..., mais seulement un soucis portant sur un des trois leaders politiques peut provoquer des manifestations d'envergure dans le pays, allant même à des pertes en vie humaine. l'État de droit, la tranquillité du pays, la réconciliation nationale ...,sont fortement liés à la satisfaction d'une vieille classe politique. Ce n'est un secret pour personne, tant que l'entourage proche de ces leaders continueront de bénéficier des largesses de ceux-ci, le combat pour un nouvel ordre politique en Côte d'Ivoire avec une nouvelle génération s'annonce difficile car, ceux-ci voudraient voir leurs leaders mourir dans l'arène au détriment même des exigences de tout le peuple.

Un observateur disait << on ne peut pas parler de souveraineté quand faute de 500 mille francs CFA pour réparer une pompe hydraulique, des milliers de personnes sont privées d'eau potable des mois voire des années >> pour laisser comprendre que la vieille classe ne peut pas répondre aux exigences du terrain.

La bataille qui s'impose au peuple ivoirien aujourd'hui, ce n'est pas une bataille contre le colon mais contre la vieille génération qui a fini sa mission. Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara sont toujours vivants, leurs palabres, leurs pirouettes et compromissions aussi. Il faut en finir avec tout ça pour la tranquillité, la paix, la réconciliation et le bien-être en Côte d'Ivoire selon les exigences des populations.


Bema Aboubacar

BemaAboubacarCoulibaly contact@operanewshub.com