Photo du président de la république dans les bureaux: y a-t-il des sanctions à ne pas l'accrocher ?

SRANKPA

Mer3006212035

Alassane Ouattara, président de la république de Côte d'Ivoire

Depuis 2011, date de son accession à la magistrature suprême de la Côte d'Ivoire, le portrait du président de la république Alassane Ouattara est accroché dans tous les bureaux des différentes administrations publiques et souvent privées. Avant le sien, c'était celui de Laurent Gbagbo qui avait remplacé celui du général Robert Guéï. Et bien avant la photo du général, nos administrations avaient fièrement exhibé celle de Henri Konan Bédié qui avait été précédée pendant 33 ans par celle du président Houphouët. Quelle obligation y a-t-il donc à accrocher le portrait de nos chefs d'État dans les bureaux de nos administrations? Et y a-t-il une sanction à laquelle s'exposent ceux qui ne se soumette pas à cette pratique ?

Il faut d'abord savoir que le président de la république fait partie avec l'emblème national (le drapeau), la devise, l'hymne national et les armoiries des 5 symboles de la république. Ainsi selon le site de l'Office du service civique national (OSCN), "le chef de l'État est le gardien des institutions de la république. Il est le symbole garant de la cohésion et de l'unité nationale, et ce symbole est représenté par son portrait". Et selon l'une de nos sources, administrateur civil diplômé de l'École Nationale d'Administration (ENA) "la photo officielle du président de la république et l'emblème national, c'est à dire le drapeau dans les bureaux, sont des symboles de notre attachement au pays. Même si de façon expresse aucun texte ne l'impose, ça devrait au moins être une obligation morale". Il précise en outre que "la photo est la même parce qu'il s'agit de la photo officielle du président de la république celle qui est présentée comme telle, et elle ne devrait, en principe, pas variée d'une administration à une autre. De façon générale la production de ces symboles de la République est confiée à une structure unique pour des questions de concordance et de légalité".

En clair, le portrait officiel du président de la république a un caractère impersonnel, c'est à dire que ce n'est pas l'individu qu'il faut voir mais la république qu'il incarne et représente. De même qu'aucune loi ne l'impose de façon indiscutable dans les bureaux, il n'a jamais été fait cas de façon officielle d'une quelconque sanction liée à l'absence de ce symbole selon notre énarque. Cependant quand on aime son pays et que l'on est attaché aux valeurs républicaines, tous ses symboles devraient être respectés et honorés. Ce n'est ni un problème de personnes, ni de partis politiques mais de culture civique et d'amour pour sa patrie. À vos portraits donc!

SRANKPAWA BOUAKE Mer3006212035

Photo: Internet

Abonne toi "+ Suivre", Partage, Commente et mets un like

SRANKPA contact@operanewshub.com