Élections législatives : on nous sert toutes sortes de stratégies et de mise en scène

DarymKard

La bataille est lancée et personne ne voudrait se laisser devancer. C'est pourquoi, chaque candidat adopte sa stratégie pour pouvoir convaincre les électeurs, même les plus grands sceptiques.

Parmi ces différentes stratégies d'approche, il y'a d'abord ceux qui ne jurent que par leurs parrains ou mentors. Comme s'ils n'avaient ni charisme, ni popularité, c'est le nom de Bédié, Gbagbo, Ouattara ou Blé Goudé qui parle pour eux lors des meetings. Tu verras également les images de ces leaders historiques sur les affiches de ces candidats, rien que pour attirer aussi facilement, l'électorat déjà acquis à la cause de ces grands leaders.

Il y'a aussi ceux qui se promènent avec le bilan des réalisations du président de la République. Loin de pouvoir convaincre avec leurs propres personnes, ils usent de l'image de ce dernier afin de récupérer son électorat. Leur slogan reste le même :"en me votant, c'est le président que vous aidez dans ses projets de développement''. Il parait même que d'autres vont plus loin en menaçant les populations du retrait de projets s'ils n'étaient pas élus.

Entre autres stratégies, il y'a celui de l'image que certains candidats souhaitent présenter à leurs populations. Chacun veut montrer sa proximité avec ses concitoyens. Pourtant, avant les élections, ils n'étaient jamais présents pour la plupart. Ainsi, dans un village du Gontougo, l'on pouvait voir un candidat se faire prendre en photo entrain de piler le ''foutou'' dans un grand mortier. Un Yasmina qui n'a presque jamais emprunter de taxi communal, se faire une belle photo à l'intérieur d'un ''wôrô-wôrô''.

Aussi, il y'a cette image de J. L. Billon dans un village de Dabakala à l'intérieur d'un marigot asséché où la population va se ravitailler en eau par manque de château d'eau. Pourtant, ce dernier fut ministre et président du conseil régional de cette même localité. Enfin, il y'a cette autre image de Zoro Bi Ballo qui assis sur une machine à coudre, souhaite montrer sa proximité avec sa population. Le candidat a-t-il besoin de toutes ces mises en scène pour se faire élire ?

La population n'est pas aussi dupe qu'on le pense. Elle connait bien ceux qui ont toujours été avec elle dans les bons ou mauvais moments. Une élection se prépare bien avant, sur une longue durée et non à la veille.

DarymKard operanews-external@opera.com