Afrique / Coups d’Etat et crises à répétitions : George Weah accuse des assoiffés de pouvoir

News Hub Creator

Des Coups d’Etat militaires ont renversé plusieurs présidents africains. Le dernier en date est celui qui a eu lieu en Guinée avec la chute d’Alpha Condé.

Suite à ce putsch, les chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont condamné l’acte de Mamadi Doumbouya, nouvel homme fort de la Guinée et ses hommes, et ont organisé un sommet extraordinaire sur cette situation, le 08 septembre 2021.

A l’occasion de cette rencontre, George Weah, président du Libéria a demandé, selon AIP, à ses collègues de prendre au sérieux la question du respect des limites constitutionnelles des mandats afin d'éviter des bouleversements politiques et sécuritaires dans la sous-région. Pour lui, si la manipulation des termes constitutionnels était sévèrement découragée par la CEDEAO, la région serait épargnée des coups d'État militaires.

« Alors que nous condamnons ces coups d'État militaires, nous devons également rassembler le courage d'examiner ce qui déclenche ces prises de contrôle inconstitutionnelles. Se pourrait-il que nous n'honorions pas nos engagements politiques de respecter les limites de mandat de nos diverses constitutions», a-t-il révélé.

Avant de déclarer que le Liberia, en tant que membre notable des Nations Unies, de l'Union africaine et de la CEDEAO, aligne sa position sur la Guinée et le Mali sur la position de ces organismes multilatéraux qui soutiennent le Protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance.

Selon le confrère, le président Libérien a toutefois appelé à une stratégie de médiation plus coordonnée et globale pour la Guinée, affirmant que l'inclusion de toutes les principales parties prenantes est primordiale afin de ne pas répéter les faux pas du Mali.

George Weah a également offert la volonté du Liberia de faire partie de l'équipe de médiation de la CEDEAO pour la Guinée, affirmant que le Liberia est bien placé pour être inclus compte tenu des relations socioculturelles et de la proximité géographique que les deux pays partagent.

Rappelons que la modification ou l’intention de modification de la constitution a récemment occasionné des troubles graves au Burkina-Faso, au Mali, en Côte d’Ivoire, en Guinée.

Nathanael Yao 

News Hub Creator operanews-external@opera.com

Home -> Country