Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont libres, mais peuvent-ils revenir en Côte d’Ivoire ?

Ethanlepremier

Un 31 mars 2021 qui restera à jamais dans la mémoire des ivoiriens. La Chambre d’appel a rendu public sa décision, elle a confirmé à la grande majorité l’acquittement de Laurent Gbagbo ancien président et son ministre Charles Blé Goudé.

La pandémie de coronavirus a influencé le jugement de la Chambre d’appel, il n’y avait pas foule pour ce procès déterminant pour Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. L’arrêt rendu par la Chambre d’Appel ce mercredi confirme à la majorité des juges que sont : Chile Eboe-Osuji, juge président dans cet appel, du juge Howard Morrison, du juge Piotr Hofmański, de la juge Luz del Carmen Ibáñez Carranza et de la juge Solomy Balungi Bossa, l’acquittement de l’ancien président Gbagbo Laurent et l’ex-ministre Charles Blé Goudé.

Après ce verdict, quel avenir pour les ancien pensionnaires de la Haye ? Certainement, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé voudront rentrer dans leur pays qu’est la Côte d’Ivoire. Mais fort est cde constater que cela ne sera certainement pas aussi simple.

Il est vrai que le président Alassane Ouattara avait fait de la décision d’appel une condition sine qua non pour la facilitation de leur retour, mais beaucoup de points restent encore en suspens.

L’ancien président Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont été tous deux condamnés par la justice ivoirienne à 20 ans de prison, 10 ans de privation de ses droits civiques, 200 millions de francs CFA de dommages et intérêts à verser aux victimes, cela n’est pas à négliger.

Bien que pour plusieurs personnes, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devraient être amnistiés par le président Alassane Ouattara, chose que beaucoup attendent.

Il faut rappeler que c’est le 15 janvier 2019 que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont été acquittés de toutes les charges de crimes contre l’humanité qu’ils auraient perpétré quand ils été au pouvoir en Côte d’Ivoire entre 2010 et 2011. Les chefs d’accusation étaient crimes contre l'humanité : meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains.

Tous les regards sont portés maintenant vers le pouvoir en place qui doit donner un geste fort pour contribuer à la réconciliation de tous les fils du pays.

Ethanlepremier operanews-external@opera.com