Les injures dans les directs sur internet : est-ce cela être influenceurs ?

FredericGneze

Dans un discours à Dakar, l’ancien président Nikolas Sarkozy avait dit des africains qu’ils étaient mal entrés dans l’histoire. ‘’le drame de l’Afrique, avait-il dit, vient du fait que l’homme africain n’est pas entré dans l’histoire’’. On a beau être touché dans notre orgueil mais avouons que ce propos n’est pas injurieux sur toute la ligne. Depuis l’avènement des réseaux sociaux, il y a quelques années que des individus se sont baptisés influenceurs. C’est leur droit, à condition qu’ils jouent un vrai rôle de contre pouvoir, dans le bon sens ; notamment en faisant des propositions constructives pur épauler le pouvoir politique ou guider la jeunesse sur des sentiers qui mènent au développement personnel, sur les stratégies pour la conception de projets.

      Il y a en effet trop de sujets en Afrique pour être un vrai influenceurs mais malheureusement, trop d’injures. Personnellement, j’ai eu la nausée quand j’ai écouté des directs où les orateurs du jour n’avaient des mots vulgaires dans la bouche. Des mots dont l’indécence et la vulgarité n’ont de niveau de comparaison qu’avec leur dimension d’immoralité notoire. Qu’on nous dise si c’est de cette manière qu’on construit une jeunesse qui se reconnait malheureusement en beaucoup d’entre eux, justement pour leur capacité de nuisance morale. Nous apprenons qu’une influenceuse africaine a été arrêtée il y a quelques heures pour injures sur les réseaux sociaux. Ce sont les procureurs qui apprécient la gravité des propos tenus sur internet.

    Mais il est temps que nos ‘’influenceurs insulteurs’’ africains apprennent qu'ils ne sont pas au-dessus de la loi et qu’aux côtés de leurs homologues occidentaux, ils deviennent ridicules parce qu’en Europe, les injures publiques sont systématiquement punies. De même qu’en Côte d’Ivoire, on s’accorde tous à reconnaitre que les valeurs qui fondent l’éducation partent en lambeaux, toutes les personnes qui ont le moindre pouvoir de parler à un public devraient, en dehors de l’intelligence d’avoir créé une tribune oratoire, devraient maintenant songer à avoir une sagesse dans ce même verbe. Sinon, insulter ses homologues à longueur de journée dans des directs enflammés n’a rien d’influenceurs.

          Frederic GNEZE

 

FredericGneze contact@operanewshub.com