Affaire d'adultère à Abidjan : ce que risque ceux qui diffusent les photos des concernés

Femmegouro

Si vous croyez que les réseaux sociaux en Côte d'Ivoire sont des no man's land où chacun peut y faire ce que bon lui semble, détrompez-vous . En effet, depuis quelques heures une histoire d'adultère fait le buzz sur le web ivoirien . Aussitôt, certains internautes se sont érigés en lieutenant Colombo le célèbre enquêteur chevronné en publiant : identités , photos, numéros de téléphone et adresses des personnes concernées . Quand d'autres dans leurs postes se jouant les moralisateurs appellent implicitement à la haine voire au suicide .

'' Nul n'est sensé ignorer là loi " beaucoup oublient cette maxime . Globalement les nouvelles technologies de l'information et de la télécommunication ( NTIC ) et spécifiquement les réseaux sociaux sont régis par une loi sur la cybercriminalité . Il s'agit de la loi numéro 2013_451 du 19 juin 2013 adoptée par l'Assemblée Nationale et promulguée par le président de la République S.E monsieur Alassane Ouattara . Voici ce que dit cette loi à son chapitre 7 intitulé adoption des infractions classiques aux technologies de l'information et de la communication ( réseaux sociaux)

À la lecture de ces deux articles nous rappelons aux uns et aux autres de faire beaucoup attention à ce qu'ils ou elles diffusent sur internet . Car ils ou elles pourraient le regretter si jamais les concernés saisissaient les autorités . À bon entendeur, salut !

Source : www.gouv.ci ( site officiel du gouvernement de la Côte d'Ivoire )

10.000 abonnés, merci de nous suivre sur Opéra News #Femmegouro

Femmegouro operanews-external@opera.com