Gbagbo et Blé Goudé non coupables, arrêt des poursuites contre Simone Ehivet, et les 3000 morts ?

L'ivoirien_3.0

La crise post-electorale que la Côte d'Ivoire a connu après les présidentielles de 2010, a fait 3000 morts selon les chiffres officiels. Elle est survenue parce que le camp Gbagbo d'un côté et celui de Ouattara de l'autre côté estimaient avoir gagné tout deux ces élections. À la suite de cela Gbagbo est arrêté et envoyé à la Haye, Blé Goudé est arrêté plusieurs mois plus tard et emmener lui aussi à la CPI. S'agissant de Simone Gbagbo, réclamée par la CPI pour les mêmes accusations, la Côte d'Ivoire refuse de l'envoyer au Pays-Bas, estimant qu'elle est capable de la juger.

Cependant Gbagbo et Charles Blé Goudé, qui faisaient objet de plusieurs accusations notamment ceux de crimes contre l'humanité gagnent leur procès. Ils sont acquittés pour insuffisance de preuve.

Quant à Simone Gbagbo, elle sera condamnée à 20 ans de prison en mars 2015, avant d'être libérée le 8 août 2018 après une amnistie, soit 8 ans de prison. Récemment, répondant à une demande du nouveau procureur, dans une décision de 7 pages, datée du 19 juillet et rendue publique jeudi soir, la CPI met fin au mandat d'arrêt contre Simone Gbagbo.

Le constat est donc que le camp Gbagbo est en train d'être '' blanchi''!


Le 17 juin, Gbagbo fait son retour en Côte d’ivoire, processus favorisé par Alassane Ouattara et le 27 juillet les deux personnalités se rencontraient au palais présidentiel. Au cours de cette rencontre la question des prisonniers politiques est abordée par Gbagbo Laurent. Toutes ces démarches doivent s'inscrire dans un processus de recherche de la paix et de la réconciliation.

Cependant à la problématique de la réconciliation s'oppose la question des responsabilités.

Qui a fait quoi ? À qui sont attribués les dégâts de la crise post-electorale ?

Nous pensons qu'un diagnostic profond est nécessaire pour aboutit à une paix véritable. Dans ce même sens Gautier Rybinski, consultant à France24 affirmait qu' << Il faut établir les faits et les responsabilités. Si la réconciliation reste à l'échelon d'un effet d'affichage, elle ne sera pas suivie d'effets >>

En effet cette bonne volonté affichée de Gbagbo et de Ouattara, s'est déjà observée lors du face-à-face pour le deuxième tour des élections de 2010, et pourtant la crise est survenue.

Dans ces conditions doit-on privilégier uniquement que la paix et la réconciliation au détriment de la vérité ? Où au contraire il faut situer les différentes responsabilités ?

Exprimez-vous, votre avis nous intéresse !


LIV-3.0

Likez, partagez et Abonnez-vous !

Sources :

1-Média Ivoirien ( Twitter )

2-https://www.france24.com/fr/afrique/20210730-c%C3%B4te-d-ivoire-la-justice-internationale-abandonne-les-poursuites-contre-simone-gbagbo

L'ivoirien_3.0 contact@operanewshub.com