Délestage : un coup dur pour le cacao ivoirien

Olivierakaffou

Depuis le mois d'avril la Côte d'Ivoire vit un délestage sans précédent qui impacte sérieusement l'activité industrielle et économique du pays. Après plusieurs secteurs d'activité qui ont été considérablement éprouvés par ces coupures intempestives d'électricité, c'est le cacao ivoirien et donc la source principale de revenus du pays qui risque d'en faire les frais. Il faut craindre pourquoi pas des jours sombres pour les chocolatiers. En effet les broyeuses de fèves de cacao dans les usines fonctionnent à base de courant. Malheureusement depuis cette situation déplorable de délestage, la Côte d'Ivoire se trouve dans l'impossibilité de broyer 40% de ses fèves de son cacao afin de le commercialiser selon le correspondant de Radio France International à Abidjan. Les quelques entreprises qui disposent de groupes électrogènes pour la circonstance, n'ont pas la capacité de broyer suffisamment de fèves pour satisfaire le marché.

Ceci constitue un véritable manque à gagner pour l'État dont l'essentiel des ressources est tiré de la vente du cacao. Autres conséquences probables si la situation ne s'améliore pas, il faut craindre le coût des denrées liées au cacao et pire la baisse du prix bord champ du cacao qui entraînera à coup sûr la paupérisation des populations rurales déjà très éprouvées par la dépréciation du prix de la campagne cette année.

Olivierakaffou contact@operanewshub.com