Obsèques d’Idriss Deby Itno : onze Chefs d’Etats sont venus dire Adieu au Maréchal Président

SGB78

Idriss Déby est mort lundi à l'âge de 68 ans, des suites de blessures subies au front contre des rebelles du Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT). Onze chefs d’États prennent part à ces funérailles au nombre desquels le Français, Emmanuel Macron, seul chef d'État occidental présent aux obsèques du maréchal tchadien. La présence de Macron s’explique par le fait qu’Idriss Deby a été le plus solide allié de la France contre les djihadistes dans la région. L’on note également la présence du nouveau Président élu du Niger Mohamed Bazoum, du burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, du guinéen Alpha Condé,  du  Président de la transition malienne Bah Ndaw , du mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, du président du Conseil souverain soudanais, le général Abdel Fattah al-Burhan, du centrafricain Touadera, , du congolais Félix Tshisekedi, Président en exercice de l'Union Africaine. Ils ont tenu à effectuer le déplacement de N’Djamena pour rendre hommage à Idriss Deby Itno.

Par contre, une absence notable, c’est celle du congolais Denis Sassou-Nguesso nouvellement reconduit à la tête de son pays qui a invoqué des raisons familiales pour justifier son absence à ses funérailles.

Les obsèques officielles du Président Deby se dérouleront en début de matinée sur la place de la Nation. Après les honneurs militaires et les différentes allocutions, une prière sera dite à la Grande Mosquée de N’Djamena, pour le repos de l’âme de l’illustre défunt. La dépouille d'Idriss Déby sera ensuite convoyée par la voie des airs à plus d'un millier de kilomètres à Amdjarass, un petit village non loin de sa ville natale de Berdoba, qui est chef-lieu de la province de l'Ennedi dans le Nord-Est du pays, à quelques encablures de la frontière soudanaise. C’est là que Deby sera inhumé aux côtés de son père. 

Son fils, Mahamat Idriss Déby, général de corps d'armée âgé de 37 ans, est le nouvel homme fort du régime. Il dispose des pleins pouvoirs conférés par la charte de la transition mais a promis de nouvelles institutions après des élections "libres et démocratiques" dans un an et demi.  

Les rebelles du FACT par la voix de leur leader Mahamat Mahadi Ali ont annoncé observer un cessez le feu de trois jours pour certainement permettre que les tchadiens et les Chefs d’Etats de pays amis en toute quiétude, rendent un dernier hommage à celui qui aura dirigé le pays de main de fer pendant trente ans.

« Nous voulons donner une chance à ce que la transition soit apaisée, à ce qu’il n’y ait pas de désordre encore, nous n’avons aucun problème personnel avec Idriss Déby. Notre problème avec Idriss Déby est essentiellement politique et lorsqu'un homme décède, chaque être humain doit s’incliner devant sa dépouille », a indiqué Mahamat Mahadi Ali, le patron du FACT. Il a assuré que ses hommes continueront à respecter ce vendredi la trêve qu’ils observent depuis trois jours quand bien même ils sont «  survolés 24 heures sur 24 par des drones français » et subissent de temps à autres les assauts des avions de guerre tchadiens.

SGB78 contact@operanewshub.com